Descoings, l'homme pressé de Sciences Po

le
0
PORTRAIT - Brillant et ambitieux, ambivalent et influent, le patron de Sciences Po avait imprimé sa marque sur les débats autour de l'égalité des chances et de la démocratisation du système éducatif. »Un «super bonus» qui faisait polémique

Il incarnait à lui seul une certaine idée de l'enseignement supérieur français. Celle qui réclame «l'ouverture» et la «diversité», celle qui conspue «l'élitisme républicain», forcément ringard, et son respect pour la culture générale, forcément discriminante. Richard Descoings n'avait pas seulement dirigé pendant seize ans le prestigieux Institut d'études politiques de Paris, modelant à son image le temple de la reproduction sociale. Il était devenu la référence absolue de quiconque, à droite comme à gauche, entendait réformer le système éducatif français. Le premier à avoir nommé le problème, mais aussi celui qui avait imposé sa manière de le penser.

Désolé, cette vidéo n'est pas disponible sur votre appareil.brightcove.createExperiences();

Un recrutement sur dossier pour des jeunes venus de lycées difficiles

Le grand public avait découvert cet énarque brillant, venu du Conseil d'État et passé par les cabinets de Michel Charasse et de Jack La

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant