Deschamps revient sur la prestation de Pogba

le , mis à jour à 20:15
0
Deschamps revient sur la prestation de Pogba
Deschamps revient sur la prestation de Pogba

Interrogé en conférence de presse sur la prestation de Paul Pogba face au Portugal, Didier Deschamps, le sélectionneur des Bleus, a reconnu dimanche qu'il ne s'attendait pas à une prestation parfaite.

Quel est le poids de Mathieu Valbuena dans le groupe tricolore ?
Le poids, il est de petite taille (sourire). Je suis surpris qu’on soit surpris. Nous, on n’a pas à l'être. Je l’ai eu trois ans à Marseille, il a connu des moments pas simples car, parfois, je ne le faisais pas jouer mais il s’est toujours réfugié dans le travail. En équipe de France, il a une très bonne régularité. Il est très performant. Ce n’est pas parce que je ne l’ai pas fait débuter à Lisbonne (face au Portugal)… C’est un joueur important dans l’animation offensive. Il peut encore être plus décisif mais il l’est quand même assez souvent.

Dans quelle mesure la blessure de Nabil Fekir est-elle préjudiciable ?
C’est préjudiciable pour lui, pour nous et pour son club (l’OL) parce qu’il a un profil différent. C’est quelqu’un qui a cette faculté à être hyper efficace dans la zone offensive. Oui, c’est préjudiciable car cela me prive d’un joueur de qualité. Quand reviendra-t-il ? Il y a déjà l’intervention médicale qui va être importante, puis la rééducation. Il reprendra quand il sera prêt. Cela a été annoncé sur six mois. Si cela c’était passé au mois de janvier, il n’aurait pas pu jouer l’Euro. Là, il a encore cette possibilité. Ça reste une interrogation parce qu’on ne sait pas lorsqu’il va reprendre comment ça va se passer.

Qu’avez-vous pensé de Paul Pogba dans son rôle de meneur de jeu ?
Hum, il me titille là (sourire). Paul en meneur de jeu ? C’est un vaste sujet (il réfléchit). J’ai dit que ce n’était pas un meneur de jeu, c’est le cas. Il devait être plus haut dans l’animation. J’ai préféré le Paul de la seconde période. En première, il était trop bas. Je le lui ai dit pendant, puis à la mi-temps, par rapport à l’animation de notre système. Après, qu’il ait eu moins de repères, ça se comprend. Je sais bien. Après, c’est une complémentarité avec les autres milieux de terrain aussi. Cela peut être mieux, bien évidemment. Pour un premier match où il jouait comme ça, je ne m’attendais pas non plus à ce que ça soit parfait. Loin de là.

Les blessures de Costil et Fekir

Ce deuxième match contre la Serbie est-il plus difficile à préparer que celui face au Portugal (0-1) et comptera-t-il autant que le premier ?
C’est surtout le fait d’avoir deux matchs aussi rapprochés. En trois jours, il y a forcément de l’excitation et de l’adrénaline. Hier (samedi), cela a servi à récupérer et se relâcher. Aujourd’hui, il faut déjà s’y remettre. C’est le calendrier qui veut ça, ça n’est pas évident pour ceux qui ont joué ou pas. Trois jours, c’est le minimum. L’idéal, c’est d’en avoir quatre ou cinq. J’ai joué aussi au foot pendant quelques années donc je peux l’affirmer. Les séances, il n’y en a pas beaucoup.

Pouvez-vous nous donner des nouvelles de Benoît Costil et comptiez-vous le faire jouer ?
Il est reparti et non, ça n’était pas prévu que je le fasse jouer. Je sais qu’il a un problème de ligament au genou mais je ne sais pas lequel. En l’espace de deux jours, cela fait deux mauvaises nouvelles, même si c’est évidemment moins grave que Nabil. Cela va l’éloigner des terrains plusieurs semaines.

Est-ce que ces blessures peuvent déstabiliser un groupe ou le renforcer ?
Quelle question. Les deux, Au départ, ça assombrit l’ambiance. C’est triste parce que ça peut arriver à n’importe qui. Ça met un coup sur la tête. Après, je ne pense pas que ça permette de galvaniser. Mais je suis aussi convaincu que ça permet aux autres joueurs de se rendre compte de la chance qu’ils ont quand ils sont footballeurs professionnels avec la pleine possession de leurs moyens. Car, après, quand on passe par des périodes comme ça, on est devant la télé, sur un lit d’hôpital, dans la piscine... Cela doit les booster car eux ont la possibilité de s’exprimer sur le terrain.

Martial titulaire face à la Serbie ?

Vous aviez mis cinq matchs avant de titulariser Nabil Fekir. Allez-vous faire pareil avec Anthony Martial ?
Demande-moi s’il va jouer demain (rires). Il peut débuter mais il peut rentrer aussi. Après, les circonstances font que je peux le faire plus vite avec l’un qu’avec l’autre. Ce n’est pas simple de débuter un match sous le maillot tricolore avec tout ce que cela comporte sur le plan émotionnel. Mais il peut...

Quelles sont vos premières impressions du nouveau stade de Bordeaux ?

Elles sont très bonnes. C’est un très beau stade et il y avait pas mal de monde hier pour l’entraînement, tant mieux. C’est une très belle infrastructure, moderne. C’est un stade prêt pour recevoir l’Euro.

La France est 24eme au classement FIFA. Elle le doit à ses performances mais aussi au coefficient des matchs amicaux… Que faudrait-il changer selon vous ?
Le règlement et le coefficient certainement. Mais là, j’ai vu que, sans jouer, en allant au Portugal, on avait perdu une place (sourire). C’est sûr que si on perd quand on joue, on va perdre des places. C’est surprenant mais c’est comme ça. C’est comme ça qu’on se retrouve au tirage au sort avec des équipes têtes de série alors qu’elles n’étaient pas à la Coupe du Monde il y a un an. Tant mieux pour elles. Dans ce calcul, on enlève le match d’il y a quatre ans. Cela donne une valeur et cela situe un peu mais, en l’espace d’un match, on peut gagner huit places ou en perdre sept…

Propos recueillis par Olivier De Los Bueis à Bordeaux

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant