Deschamps renvoie la balle à Joachim Löw

le
0
Deschamps renvoie la balle à Joachim Löw
Deschamps renvoie la balle à Joachim Löw
Informé des propos de Joachim Löw, faisant des Bleus le favori du quart de finale de vendredi contre l'Allemagne, Didier Deschamps, amusé, a pris le temps de rappeler que le vécu des Allemands parlait tout de même en leur faveur.

Didier Deschamps, ressentez-vous de l'appréhension dans votre groupe ?
Pas du tout. Il n'y a pas de raison d'en avoir. On est là, on a un quart de finale à jouer contre cette équipe allemande avec toute sa solidité et son expérience de ce niveau. Mais on n'a aucune crispation, c'est réellement un plaisir et on se prépare au mieux pour le match de demain

Comment avez-vous trouvé la pelouse du Maracana ?
Elle est sèche, pas en meilleur état qu'elle n'était la dernière fois. Ce qui est normal vu qu'il y a eu d'autres matchs depuis. Les pelouses souffrent aussi, mais ça reste quand même une bonne pelouse puisque l'on a pu s'y entraîner aujourd'hui. Ce qui est une bonne chose pour nous comme pour les Allemands.

Quel regard portez-vous sur la trajectoire de Mamadou Sakho ?
On parle d'un jeune joueur. Il a une situation en club qui a évolué, il a changé de club. En élection aussi, sa situation a évolué. Il était là au début. Après il ne jouait plus et c'était compliqué pour lui. Depuis le 19 novembre (date de la victoire décisive face à l'Ukraine), il a sa place dans le groupe par son caractère et aussi par sa personnalité, qui est importante.

Ressentez-vous une certaine pression chez vos joueurs ?
Ils n'ont pas de pression, je n'ai rien à leur dire. L'histoire est ce qu'elle est jusqu'à maintenant, il y aura une nouvelle page à écrire demain (vendredi). Faisons en sorte qu'elle soit la plus belle possible pour nous

Que pensez-vous de Thomas Müller ?
Il joue dans un grand club comme le Bayern. Il est très important car il est capable de donner beaucoup de profondeur, il est très généreux et fait beaucoup d'efforts défensifs. C'est l'un des éléments moteur de cette équipe allemande depuis le début de la Coupe du Monde.

« Höwedes jouait déjà arrière gauche contre nous en février 2013 »

Avez-vous le sentiment que l'Allemagne ait eu un parcours difficile pour arriver en quarts de finale ?
Non, on ne peut pas dire que l'équipe allemande a eu un parcours difficile. Elle a eu des matchs plus compliqués, comme contre le Ghana. Contre le Portugal, les Portugais ont été réduits à dix au bout d'un quart d'heure, ça change. On connaît la philosophie de l'équipe allemande. C'est une équipe solide avec de très bonnes individualités, une équipe qui aime bien avoir le ballon pour imposer son jeu à l'adversaire. Après, sur la composition de cette équipe, il y a plusieurs possibilités. Il y a eu des changements de joueurs au poste, mais pas de changement de système, mais ça peut arriver demain. De toute façon, on sera prêt à ces éventualités-là.

Que vous inspire le positionnement de Philipp Lahm, désormais utilisé comme sentinelle en milieu de terrain ?
Sincèrement, s'il joue sur un côté, il a un apport de latéral qui est différent. S'il n'est pas au milieu, il y en aura un autre. Même si la presse allemande pousse pour le mettre arrière droit, il a surtout joué au milieu. Il peut faire les deux. Si c'est un autre milieu, il n'aura pas forcément le même profil que Lahm, et le latéral non plus.

Est-ce un avantage pour vous d'affronter une défense composée de quatre défenseurs centraux ?
Certainement pas. Höwedes avait déjà joué arrière gauche contre nous en février 2013 (2-1 en faveur des Allemands au Stade de France). Il a peut-être une préférence pour jour dans l'axe dans son club, ce sont des choix, mais jouer latéral ou dans l'axe, ça ne demande pas les mêmes efforts.

Joachim Löw, le sélectionneur allemand, assure que l'équipe de France est favorite de ce match. Partagez-vous cet avis ?
Ouiiiiiiiii (rires) ! Il est gentil Joachim (rires) Il peut déclarer des choses, moi aussi, mais au début de la Coupe du Monde, s'il y a des équipes à laquelle on peut attribuer l'étiquette de favorite, l'Allemagne en faisait partie. L'adversité va s'élever, on fait une très belle Coupe du Monde mais il y a une expérience plus importante de leur côté. Mais on va jouer notre coup à fond quand même.

Voyez-vous une différence au niveau des systèmes de jeu des deux équipes ?
Non. On a le même positionnement, jusqu'à maintenant. Ce sont simplement des joueurs avec des profils différents à certain poste, mais le positionnement des joueurs est le même. Même si Joachim Löw comme moi pouvons changer.

« Tout a changé le 19 novembre »

La qualification en quarts de finale va-t-elle vous libérer ou estimez-vous que cela devient plus difficile ?
L'adversité augmente forcément quand on avance dans la compétition. Même si le Nigeria était une bonne équipe ace une forte densité, sans manquer de respect, cette équipe est largement au-dessus sur le papier. On sait très bien qu'il faudra faire ce qu'on a fait de bien jusqu'à maintenant, mais encore élever le niveau, car les exigences sont plus importantes. On doit être capables de ça nous aussi.

Quand est-ce que tout a changé pour cette équipe de France ?
Le 19 novembre. C'est de se qualifier ou de rester à la maison, c'est là que ça a tout changé. Après, il y a eu d'autres choses importantes aussi qui ont permis d'en arriver là. Mais notre histoire est bien différente depuis la qualification du 19 novembre.

Comment évaluez-vous les progrès effectués par cette équipe ?
Nos qualités... On a toujours eu des joueurs compétitifs, car beaucoup jouent au très haut niveau dans les très grands clubs européens Après, il faut faire en sorte qu'il y ait une unité de pensées et d'objectifs. Rien n'est au dessus de ce maillot là, ça demande des devoirs. L'état d'esprit est vraiment excellent depuis le début de la préparation.

Avez-vous trouvé les Allemands friables contre l'Algérie ?
La configuration de match était particulière face à l'Algérie à partir du moment où les Allemands n'ont pas ouvert le score et se sont exposés. Ils ont fini plus frais que l'Algérie, quand même. Après, chaque équipe joue avec un système ou une stratégie bien à elle. Mais de ce que je vois, il y a toujours des choses à retenir pour nourrir ma réflexion par rapport à ce qu'on va faire demain.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant