Deschamps, le demi d'ouverture

le
0
Deschamps, le demi d'ouverture
Deschamps, le demi d'ouverture

Trois revenants (Gignac , Payet et Jallet) mais aucun petit nouveau, Didier Deschamps a annoncé une liste dans la continuité de la Coupe du monde pour les matchs contre le Portugal et l'Arménie. Si son groupe n'est pas fermé avant l'Euro, le sélectionneur n'entend pas non plus effectuer une large revue d'effectif.

« Je suis obligé de rien du tout, je fais les choix que je veux. » Personne n'en doute, mais il le répète presque à chaque annonce de liste, Didier Deschamps n'est pas un sélectionneur à qui on impose des joueurs. Le patron des Bleus est insensible aux modes de saison ou à l'appel de la nouveauté. Il va falloir se faire à l'idée, la porte de l'équipe de France est peut-être ouverte mais Deschamps se tient à l'entrée en physionomiste sélectif. Aucun nouveau ne viendra toucher son paquetage à Clairefontaine pour la préparation des matchs contre le Portugal et l'Arménie. « Je sais que ça plaît d'avoir des nouveautés, mais je ne suis pas là pour ça », coupe le patron. Le retour de Christophe Jallet pour compenser l'absence de Debuchy symbolise ce refus de faire du neuf pour faire du neuf.

Tant pis pour les Kurzawa, Imbula ou Thauvin(laissés à la disposition des Espoirs pour le barrage de l'Euro 2015) ou Ben Yedder et Corchia qui vont devoir continuer à compter leur présélection, Deschamps ne distribue pas les sélections comme des encouragements à des élèves méritants. « J'ai déjà des jeunes joueurs qui doivent encore s'aguerrir », rappelle-t-il. Bref, les places sont comptées pour ceux qui ont raté le wagon de la Coupe du monde et il faut compter sur un désistement pour en retrouver une.
Aucun soucis avec Gignac
Deschamps fait du neuf avec de l'ancien. Réconcilié avec la régularité, Dimitri Payet se voit offrir une nouvelle chance de s'installer comme une doublure ou un recours possible à l'exilé moscovite Mathieu Valbuena. C'est aussi le cas d'André-Pierre Gignac. Pessimiste ces derniers jours sur ses chances, le meilleur buteur de Ligue 1 retrouve les Bleus un an après sa dernière convocation. Le Marseillais profite de l'absence d'Olivier Giroud et la méforme relative d'Alexandre Lacazette, mais Deschamps défend l'avoir rappelé malgré lui et malgré leurs différents marseillais passés. « Je n'ai pas de soucis, si je n'avais pas voulu le prendre, je ne l'aurais pas pris », précise-t-il. Comme un Jérémy Ménez dont le bon début de saison avec le Milan AC ne suffit pas à le mettre dans les petits papiers du sélectionneur. « Je le suis, il dit qu'il aime jouer dans l'axe, c'est aussi une question de poste et il y a pas de concurrence à ce poste».

Quand ces prédécesseurs rabâchaient l'importance d'être performant......

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant