Deschamps, c'est l'histoire d'un mec

le
0
Deschamps, c'est l'histoire d'un mec
Deschamps, c'est l'histoire d'un mec

Tout le monde parle de sa "chatte" légendaire ou de sa dentition fêlée. Reste qu'une fois encore, Didier Deschamps a gagné et s'offre maintenant le droit de décrocher avec sa troupe le troisième championnat d'Europe de l'histoire du foot français. Alors, peut-on vraiment parler de Didier La Chance ?

Le moment est rare. Assez pour être souligné. Au fil des quarante-sept premières années de sa vie, Didier Deschamps a toujours été le même. C'est un rassembleur, un homme et un entraîneur qui communique beaucoup avec ses joueurs et dont la vie n'est animée que par un objectif intime : la victoire. "Si demain il joue aux boules, il voudra gagner. Si vous commencez avec lui une partie de cartes, c'est pareil. Et comme par hasard, partout où il passe, il gagne", nous expliquait il y a quelques semaines son ancien coach à l'OM et à Bordeaux, Gérard Gili. Oui, il a toujours gagné, partout, tout le temps : en Ligue des champions, à l'Euro, à une Coupe du monde et sur différentes scènes nationales. Debout derrière sa ligne, la gueule ouverte au milieu du terrain sous son maillot. Certains parlent "d'une bonne étoile", d'autres plus vulgairement de la "chatte" à DD. Contre l'Allemagne, en demi-finales de son Euro, cela s'est traduit par une main baladeuse de Bastian Schweinsteiger ou encore une blessure du meilleur joueur allemand depuis le début de la compétition, Jérôme Boateng. Le tout associé à la suspension de Mats Hummels et à la cuisse de Sami Khedira. D'ordinaire, le sélectionneur français ne parle que de ses joueurs et refuse les questions entourant sa propre personne. Sauf qu'une telle bousculade de l'histoire mérite bien de prendre des libertés : "Le destin, c'est le destin, on peut l'influencer, mais chacun a le sien. J'ai eu le mien en tant que joueur, je n'ai pas eu à me plaindre, et en tant que sélectionneur, j'ai beaucoup de fierté. C'est surtout pour les joueurs. Ce maillot de l'équipe de France, c'est la chose la plus belle chose qui me soit arrivée, et pour tous les joueurs, il n'y a rien qui peut être au-dessus. Cela n'a pas toujours été le cas, mais ils en ont pris conscience."

"À ce niveau, la chance, ça n'existe pas"


Le vocabulaire au lendemain de la qualification historique de l'équipe de France pour la finale de son championnat d'Europe n'a pourtant pas vraiment changé. On parle toujours de "Didier La Chance". Qu'on se le dise tout de suite : ceci est une belle connerie, car si Deschamps possède cette fameuse chance, c'est qu'il la provoque, et ce, malgré les nombreux événements favorables qui ont toujours accompagné sa…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant