Désaccord persistant mairie de Paris/PSG sur l'avenir du Parc

le
0
Désaccord persistant mairie de Paris/PSG sur l'avenir du Parc
Désaccord persistant mairie de Paris/PSG sur l'avenir du Parc

par Olivier Guillemain

PARIS (Reuters) - La mairie de Paris comprend l'envie du Paris Saint-Germain de se doter d'une enceinte ultramoderne mais se dit toujours opposée au scénario d'une destruction-reconstruction du Parc des Princes in situ, une option privilégiée par les propriétaires qataris du club de la capitale.

Associés pour porter le projet du club, le PSG, Colony Capital et le groupe Vinci discutent depuis plusieurs mois avec les équipes de Bertrand Delanoë de l'avenir du Parc des Princes.

Le stade doit en principe être rénové afin de pouvoir accueillir des rencontres de l'Euro 2016 et voir sa capacité d'accueil passer de 45.000 à 50.000 spectateurs.

Mais les négociations traînent en longueur car les nouveaux dirigeants du PSG rêvent d'un stade plus grand, qui permettrait de générer plus de recettes commerciales, à l'image des enceintes sorties de terre récemment en Allemagne et en Italie.

Compte tenu des contraintes géographiques -le stade est situé au coeur du XVIe arrondissement- et de la structure même de l'ouvrage, dont la mairie de Paris est propriétaire, le projet défendu par le club nécessiterait de détruire l'actuelle enceinte pour la reconstruire intégralement.

Selon ce scénario, la durée envisagée des travaux empêcherait l'accueil de matches de l'Euro 2016.

"ON NE PEUT PAS LE DÉTRUIRE"

Dans un entretien paru mercredi dans le journal Le Parisien, le président du PSG, Nasser Al-Khelaïfi, explique pour la première fois qu'il préférerait faire ériger un nouveau stade.

"La première option est de détruire puis reconstruire le Parc sur le même site, pour en faire une enceinte de 60.000 places. C'est un projet très ambitieux. La seconde option serait de rénover le stade pour faire passer la capacité à 50.000 places. Ce n'est pas beaucoup", estime-t-il.

"Nous rêvons d'un Parc à 60.000 places. Ce stade nous aiderait à avoir plus de fans et de revenus. Avec la mairie, on essaiera de trouver la meilleure solution", poursuit Nasser Al-Khelaïfi.

Or, pour le maire de Paris Bertrand Delanoë, il est toujours inconcevable de céder au rêve qatari, a assuré à Reuters son adjoint chargé des Sports, Jean Vuillermoz.

"Ils portent cette proposition depuis longtemps et ils savent très bien que le maire de Paris y est opposé. Il leur a répété plusieurs fois que cela n'était pas envisageable", a-t-il expliqué, interrogé par téléphone.

"Ils préféreraient avoir un Parc des Princes qu'ils construisent eux-mêmes, adapté à leurs exigences. On peut le comprendre.

"Mais ils doivent aussi savoir que le Parc des Princes fait partie des monuments de Paris et qu'on ne peut pas le détruire comme ça", a poursuivi Jean Vuillermoz, membre du groupe communiste et élus du Parti de Gauche au Conseil de Paris.

L'élu affirme que les deux parties devraient trouver un terrain d'entente dans les prochains jours.

Au-delà des divergences sur la gestion du Parc, il s'est félicité que le club souhaite "rester à Paris" et non déménager en banlieue pour faire construire un nouveau stade.

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant