Des villes pilonnées en Syrie, entretien Obama-Poutine

le
0
Des villes pilonnées en Syrie, entretien Obama-Poutine
Des villes pilonnées en Syrie, entretien Obama-Poutine

BEYROUTH (Reuters) - Les forces de Bachar al Assad ont pilonné lundi des zones contrôlées par l'opposition à travers la Syrie, faisant au moins 51 morts parmi les civils et les combattants rebelles, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une poursuite des violences qui a amené les observateurs de l'Onu à suspendre leur mission.

Vingt-huit membres des forces de sécurité ont par ailleurs été tués dans des combats à Daïr az Zour, dans l'est du pays, précise l'OSDH, une ONG basée en Grande-Bretagne.

Les "bérets bleus" de l'Onu ont annoncé samedi la suspension de leur mission d'observation du cessez-le-feu officiellement entré en vigueur le 12 avril en raison du maintien des violences, à la fois par les forces du régime et par les insurgés.

L'artillerie syrienne a pilonné la ville de Douma, située à la périphérie nord-est de Damas et qui se trouvait depuis des semaines sous contrôle partiel des rebelles. Selon l'OSDH, ces tirs ont fait au moins sept morts dans la ville.

"On n'arrive même pas à compter les morts avec précision parce qu'il y a trop de blessés à soigner", a déclaré Ziad, un opposant de Douma.

"L'armée attaque tout le temps. Ils disposent de chars, de missiles, de mortiers et de pièces d'artillerie. Même les hélicoptères nous ont tiré dessus et personne ne peut s'échapper car l'armée encercle la ville."

DISCUSSIONS AU G20

Signe de l'escalade des violences, la Russie se prépare quant à elle à envoyer des fusiliers-marins sur les côtes syriennes au cas où elle aurait besoin de protéger son personnel et de démanteler l'équipement de sa base navale de Tartous, a rapporté lundi l'agence de presse Interfax.

En marge du sommet du G20 au Mexique, le président américain Barack Obama a rencontré son homologue russe Vladimir Poutine et a insisté sur la nécessité de mettre fin à la violence en Syrie.

"Nous sommes d'accord pour dire que nous devons pouvoir constater la cessation des violences", a dit Obama, assis côte à côte avec le président russe.

Les deux chefs d'Etat appellent de leurs voeux "une solution politique" en Syrie, a indiqué Barack Obama. Pour y parvenir, ils se sont engagés à "travailler avec d'autres acteurs au niveau international" dont l'émissaire du Conseil de sécurité de l'Onu et de la Ligue arabe Kofi Annan.

Vladimir Poutine a pour sa part fait état de "nombreux points communs" avec le chef de la Maison blanche sur le dossier syrien.

La Russie estime que seul un dialogue entre l'opposition et le gouvernement est à même de résoudre la crise qui dure depuis quinze mois.

Le général Robert Mood, chef de la Mission de supervision des Nations unies en Syrie (Misnus), rendra compte mardi devant le Conseil de sécurité de l'Onu de l'escalade des violences en Syrie.

Erika Solomon, avec Steve Gutterman à Moscou, Marine Pennetier et Hélène Duvigneau pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant