Des villas à prix cassés, l'autre facette de la crise grecque

le
9

Les professionnels de l’immobilier constatent l’arrivée de nombreux acheteurs étrangers, qui cherchent à acheter une propriété sur les îles grecques à la mode, comme Mykonos ou dans des stations balnéaires comme Porto-Heli.

Alors que la crise grecque fait la une de l’actualité depuis déjà plusieurs semaines et que les politiques de tous bords et de tous pays continuent de chercher la solution, certains autres tentent de tirer profit de cette situation d’extrême instabilité... en cherchant à trouver et à négocier de jolies propriétés sur les îles grecques. C’est le constat que font plusieurs professionnels du secteur immobilier, qui constatent l’arrivée de nombreux acheteurs étrangers durant ces dernières semaines.

Quels sont les spots les plus prisées? Les îles grecques emblématiques comme Mykonos, Rhodes, Santorin, ou Corfou. George Eliades, partner chez Algean Property, explique à CNN comment il reçoit depuis quelques jours de plus en plus de demandes de renseignements sur des maisons de vacances émanants d’étrangers. «Et ce sont de potentiels acheteurs qui sont pressés d’investir», précise-t-il. Cette forte de demande de renseignements n’a toutefois pas encore été traduite en ventes.

Baisse des prix de 30% depuis 2011

«Sur le marché immobilier grec, vous pouvez trouver de belles opportunités», explique Alexandros Moulas, associé à Athènes du réseau Savills. Quand on voit les chiffres, c’est on ne peut plus compréhensible: sur les îles grecques, les prix ont chuté de 30% depuis 2011. Et ce n’est pas fini. Sur le continent, cela va de mal en pis. Les prix à Athènes ont diminué de moitié depuis 2008... L’intérêt des étrangers a connu un pic la semaine dernière. D’où viennent ces acheteurs? D’Europe pour la plupart, mais aussi du Moyen-Orient et d’Asie.

En plus de Mykonos et de Santorin, les acheteurs se ruent également sur Porto-Heli, une station balnéaire qui est considérée par certains comme une déclinaison grecque des «Hamptons» - l’une des zones de villégiature les plus huppées des États-Unis. Pour une maison de vacances de trois pièces sur une île grecque avec piscine et vue sur l’océan, préparez-vous à débourser entre 500.000 et un million d’euros. Et si ce n’est pas dans vos cordes, vous pouvez opter pour une autre stratégie: orienter vos recherches dans les îles moins populaires et plus reculées.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fortunos le vendredi 24 juil 2015 à 10:53

    Trop fort ,de Grece vue sur l ocean.Comme Laspales qui de la chambre de son hotel a Limoges a vue sur lOcean et de la fenetre en Face sur la Mediterranée!!

  • mikkaela le jeudi 23 juil 2015 à 23:57

    ce sont toujours les mêmes qui profitent de tout

  • cresus57 le vendredi 10 juil 2015 à 11:44

    La Grèce donne toujours sur l'Océan ? boulette pas corrigée ? Bravo le Figaro !

  • M1387209 le vendredi 10 juil 2015 à 11:23

    Certes de nombreux acheteurs affluent, mais les requins eux attendent patiemment le retour de la drachme.

  • dotcom1 le vendredi 10 juil 2015 à 10:34

    Villas à prix cassé, mais ca reste entre 500 000 et un million d'euros. Mais c'est vrai que les Grecs ont une drôle de notion de l'austérité.

  • dlabore le vendredi 10 juil 2015 à 09:25

    en France aussi (reportage sur la 2 hier soir ) a moins 50 % en Normandie les acheteurs ne se ruent comme en Grecs ?

  • M1945416 le vendredi 10 juil 2015 à 08:29

    j'aime bien votre humour , ça fait du bien ;-)

  • stmaster le jeudi 9 juil 2015 à 23:03

    pomag, oui j'ai relevé la même boulette. En même temps, ce ne sont que des journalistes de l'excellent Figaro, ils ont du confondre Grèce et Portugal. Les médias ne sont pas à un tel détail près.

  • pomag le jeudi 9 juil 2015 à 20:39

    maison de vacances en Grèce...avec vue sur l'OCEAN...ben ça alors...