« Des valeurs attractives dans des pays à très faible risque » par Gilles Bazy-Sire (Equity GPS)

le
0

Le AAA, un atout qui prévaut même dans un contexte de "Bull Market" assure Gilles Bazy-Sire, président d'Equity GPS.
Le AAA, un atout qui prévaut même dans un contexte de "Bull Market" assure Gilles Bazy-Sire, président d'Equity GPS.

Même en période de « bull market », les sociétés issues des pays notés AAA continuent d'attirer les investisseurs compte tenu de leurs qualités intrinsèques et de leur environnement plus favorable nous explique Gilles Bazy-Sire, président d'Equity GPS et membre du Cercle des analystes indépendants.

Sur les 193 Etats membres de l'ONU, dix seulement voient leur dette publique évaluée AAA/stable à la fois par Moody's et Standard & Poors. Ils représentent 3% de la population mondiale mais 11% du PIB et 16% de la capitalisation boursière.

Pour l'investisseur, ils constituent des destination attirantes, en particulier dans l'environnement actuel où la majorité des autres économies dans le monde vont devoir assainir les comptes publics, normaliser des politiques monétaires anormalement laxistes, et favoriser la baisse de taux de chômages encore trop élevés, limitant ainsi le potentiel de hausse des profits des entreprises cotées. De plus, les économies des pays « Triple A », et leurs valeurs, seraient moins touchées que d'autres dans l'hypothèse, qu'il ne faut pas souhaiter, d'un nouvel accès de défiance sur les dettes et les devises des pays excessivement endettés, comme on avait pu l'observer lors des crises de 2008 et de 2010-2011.

« Des valeurs attractives dans des pays à très faible risque » par Gilles Bazy-Sire
« Des valeurs attractives dans des pays à très faible risque » par Gilles Bazy-Sire (Equity GPS)

Ces dix pays partagent des caractéristiques communes remarquables. Leurs économies sont très diversifiées et fondées sur la production de biens et services de qualité élevée à fort contenu d'innovation. Largement ouvertes sur le monde, ils dégagent des excédents commerciaux structurels et présentent des comptes publics sains, des devises fortes, des budgets maîtrisés, un endettement public modéré (43% du PIB, vs 95% en France), des taux de chômage faibles (5% en moyenne contre presque 11% en France) et des ratios de PIB/habitant parmi les plus élevés au monde. Ce sont de plus des pays de droit où les intérêts des stakeholders sont pris en compte par des gouvernances de qualité, dans les sphères publiques comme commerciales. Leurs gouvernements respectifs veillent à faire mettre en œuvre sur la durée des environnements réglementaires et fiscaux rigoureux qui offrent une grande visibilité aux acteurs économiques pour mettre en œuvre efficacement leurs stratégies à moyen terme.

Ces pays sont également riches en sociétés cotées de qualité. Ainsi, sur les 2700 sociétés suivies dans le monde par EQUITY GPS, près de 600 sont basées dans les « pays triple A ». Les performances moyennes des indices des « pays triple A », y compris effets devises favorables, ont été supérieures à celles de l'indice mondial : +107% en euros vs +85% sur 5 ans et +18% vs +13% sur un an (hors dividendes). Le CAC n'a progressé que de 42% sur les 5 dernières années et de 14% sur 2013.

Cette surperformance peut paraître paradoxale. Compte tenu de la qualité de leurs entreprises et des faibles risques politiques, financiers, réglementaires présentés, on aurait pu penser que les marchés boursiers de ces pays auraient sous-performé les marchés plus risqués dans une période de "bull market". 

Parmi les causes possibles de cette surperformance, nous en retenons deux, non exclusives l'une de l'autre : 

- une meilleure performance économique des sociétés des « pays AAA » sur le long terme que celle de leurs concurrentes opérant dans des pays moins bien gérés et moins propices au développement d'entreprises compétitives

- une meilleure attractivité des sociétés des pays AAA en tant que support d'investissement pour les investisseurs mondiaux recherchant des actions depuis près de cinq ans mais soucieux de minimiser leurs risques en investissant dans des sociétés issues de pays aux comptes publics sains et où il n'y a pas à craindre de mise en place de nouvelles mesures de rétablissement des comptes publics - hausses d'impôts ou baisses des dépenses publiques, toutes négatives à court terme pour l'activité économique et la rentabilité des entreprises. 

Gilles Bazy-Sire

Le Cercle des analystes indépendants est une association constituée entre une douzaine de bureaux   indépendants à l'initiative de Valquant, la société d'analyse financière présidée par Eric Galiègue, pour promouvoir l'analyse indépendante.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant