Des usagers en colère lancent une opération «TGV fantôme»

le
10
Des abonnés mécontents de la ligne Atlantique ont réservé à moindre coût tous les sièges d'un TGV, la veille du week-end de l'Ascension. Le but: faire pression sur la SNCF pour être indemnisés des retards accumulés.

Le ras-le-bol monte chez les usagers du TGV Nantes/Angers/Le Mans/Paris. Et la riposte également... Les membres du collectif la Défense des Abonnés de la Ligne Atlantique (Ladala) ont franchi une nouveau pas dans leur mouvement de contestation face aux retards répétés de la SNCF, sur la ligne les menant vers la capitale. L'astuce, toucher la compagnie ferroviaire au portefeuille. Pour ce faire, ils n'ont pas hésité à lancer une opération «TGV fantôme», en réservant massivement tous les sièges d'un TGV de la ligne concernée. Des sièges qu'ils n'occuperont pas bien sûr. Chaque adhérent achetant entre 5 et 10 places, 800 sièges auraient déjà été bloqués, toutes classes confondues, comme le rappelait ce matin sur RTL Pascal Mignot, le représentant du collectif.

Sauf réaction de la SNCF, le train devrait donc voyager à vide, ce qui lui entraînera un sérieux manque à gagner. Car les contestataires concernés sont des abonnés, un statut qui leur donne accès aux places pour la modique somme de 1,50 euro. Et la date choisie n'est pas anodine puisque les quelque 250 adhérents de Ladala ont fixé le mercredi 16 mai, veille du jeudi de l'Ascension et donc du week-end de grands départs.

Grève de présentation des billets

Ce n'est pas la première fois que Ladala tente de faire entendre son mécontentement. Mi-mars, le groupement avait déjà lancé une grève de présentation des billets et des cartes d'abonnement, accompagné de rassemblements quotidiens dans les trains et sur les quais. Face à la persistance des retards et l'absence de conséquences financières pour la SNCF, l'association accroît donc la pression, tenant aussi sur son site un décompte de la durée du mouvement, et des retards accumulés sur cette ligne.

Face à l'accumulation des dysfonctionnements depuis les changements d'horaires en décembre 2011, leurs revendications sont claires: gel des tarifs sur les forfaits (plus de 500 euros par mois), respect des horaires pour éviter les litiges avec les employeurs, indemnité de 2,5 euros par tranche de 10 minutes de retard, et un avoir de 150 euros pour les abonnés en compensation des ratés de janvier, février et mars. Au total, les responsables du collectif estiment à 14 heures la durée de retards cumulés sur cette période.

Du côté de l'Autorité de la qualité de service dans les transports (AQST, dépendante du ministère de l'Écologie), les chiffres attestent bien d'un bond des dysfonctionnements depuis novembre, avec parfois jusqu'à 30 % des rames en retard. Mais depuis février, la tendance semble être à l'amélioration. Pas suffisant apparemment pour calmer ces abonnés, toujours munis d'un badge «abonnés en grève», qui ont aussi lancé une pétition en ligne et adressé une lettre aux candidats à l'élection présidentielle. Dénonçant une augmentation de 18 % du temps de parcours sur un trajet ordinaire le Mans/Paris, ils ont enfin crée une compte Twitter invitant les followers à lister l'ensemble des ratés de la ligne Atlantique. Une initiative qui a fait des émules, les abonnés du Creusot et d'Amiens ayant depuis rejoint le mouvement.

LIRE AUSSI:

» Nouveaux horaires: la SNCF satisfaite

» La SNCF condamnée pour ses retards répétés

» La SNCF propose à ses clients une «garantie voyage»

» Un nouveau site pour s'informer sur les retards d'avions et de trains

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • roux.g le lundi 23 avr 2012 à 18:30

    @lilian92 FAUX : les cheminots en grève ne sont pas payés. faut arrêter de sortir ces sornettes. Un gréviste n'est pas payé, ni à la SNCF, ni dans la fonction publique, ni dans les entrerpises privées.

  • lilian92 le lundi 23 avr 2012 à 10:32

    En Loire Atlantique, les cheminots sont en grève tous les lundis matin pour rendre service aux personnes qui travaillent sans doute.Ces cheminots des nantis s'en fichent, ils sont payés en grève. Cela est une honte eux qui ont des avantages exorbitants, c'est écoeurant !

  • M1693744 le lundi 23 avr 2012 à 10:13

    j'oubliais :ds mon immeuble : un chômeur : payé à se promener et regarder sa tv, des étudiants : payé à faire la fête

  • M1693744 le lundi 23 avr 2012 à 10:08

    mon voisin est garagiste : il fait réparer sa voiture gratuitement ds son garage : c'est un nantis lui aussisa femme bosse à carrefour : réduction sur son caddie : c'est une nantismon cousin travaille pour une banque : réduction sur ses assurances et les services financiers + action PEE à tarif préférentiel : c'est un antis....on n'est tous des nantis

  • berco51 le dimanche 22 avr 2012 à 09:19

    L'individu seul n'est rien , les collectifs peuvent faire plier les lobbies les plus puissants : à méditer

  • ELCRAP le dimanche 22 avr 2012 à 09:13

    gfarmer tu sembles vraiment mal informé, depuis quelques années la SNCF rembourse la dette de RFF qui augmente les péages sans cesse et reverse en plus de l'argent à l'état (230 millions en 2011 me semble t'il).Soulblad il me semble que le japon n'a pas tout à fait la même culture, ni la même population...

  • gfarmer0 le dimanche 22 avr 2012 à 08:25

    La SNCF ne marche pas. Le service public, c'est le droit de ne pas respecter les clients, on en a marre. Vivement la faillite et la privatisation.

  • soulblad le samedi 21 avr 2012 à 18:36

    voila ce qui ariove dans on depense l argent en slaaires retraites et autres avantages aux samaries cheminot scnf plutot que d achter des rtrain modernes.il ft que la sncf adopte le modele dses trians japonais, ils sont performants jamais en reatrd et les emplyes ne ft jmaias greve et ca c est bien pour l usager

  • freddooo le samedi 21 avr 2012 à 17:49

    ...suiteet dans le privé, la SNCF aurait un concurrent qui le pousserait à améliorer chaque jour son service pour ne pas voir fuir ses clients...

  • freddooo le samedi 21 avr 2012 à 17:48

    attitude totalement irresponsable de ce "collectif" d'imb.éciles. on a là la demonstration qu'un service public qui fait un travail privé n'est pas à la hauteur et que ses clients développent ensuite des attitudes déviantes de "droit acquis" qui légitimisent des comportements répréhensibles. Dans le privé ces abonnés paieraient plein pot les places réservées...