Des Trois Lions encore peu rugissants

le
0
Seuls Sturridge, Cahill, Henderson, Sterling et Rooney sont les rescapés de cette équipe d'Angleterre qui affrontait alors l'Italie au Mondial brésilien. 
Seuls Sturridge, Cahill, Henderson, Sterling et Rooney sont les rescapés de cette équipe d'Angleterre qui affrontait alors l'Italie au Mondial brésilien. 

L'Angleterre entamera son Euro 2016 avec peu de certitudes face à la Russie samedi prochain. La presse britannique a ainsi délaissé son habituel « French bashing », privilégiant un « Three Lions bashing » assez sévère à l'égard de son équipe et de son sélectionneur Roy Hodgson. « Pendant 86 minutes [jusqu'au but victorieux de Chris Smalling], le gardien portugais Rui Patrício était sur sa ligne et appréciait la vue », pouvait-on lire dans le Sun à la suite de la rencontre.

Un duo offensif Kane-Vardy peu dangereux

Alignés au sommet du 4-3-1-2 « diamant », les deux joueurs n'ont pas rassuré les observateurs. Le consultant de la BBC Danny Mills soulignait l'écart entre la complémentarité annoncée et la complémentarité réelle de la paire, qui pèse tout de même 49 buts cette saison en Premier League. Les médias britanniques annonçaient ainsi, au cours des dernières semaines, une probable synergie entre, d'une part, un Harry Kane qui aime jouer dans les pieds et, d'autre part, un Jamie Vardy dévoreur d'espace. Les deux joueurs ont finalement reçu chacun un décevant 5/10 dans The Guardian. Le sélectionneur Roy Hodgson s'est notamment privé de la présence du premier cité dans la surface portugaise en lui faisant tirer les corners : « Kane devrait être dans la surface pour les corners, pas en train de les tirer », écrivait  sur Twitter Gary Lineker, l'animateur star de Match of the...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant