Des touristes mexicains tués par erreur en Egypte

le , mis à jour à 16:17
0

(Nouveau bilan, précisions sur la bavure) par Ahmed Mohamed Hassan LE CAIRE, 14 septembre (Reuters) - Les forces de sécurité égyptiennes ont ouvert le feu par erreur sur un convoi de touristes mexicains, tuant huit d'entre eux et quatre de leurs accompagnateurs égyptiens près de l'oasis de Bahariya, dans le désert de l'ouest du pays, a-t-on appris lundi de sources sécuritaires et judiciaires. Selon le ministère de l'Intérieur, la bavure s'est produite dimanche soir dans une région normalement interdite aux touristes, pendant la traque de djihadistes par l'armée et la police. Le ministère mexicain des Affaires étrangères a indiqué n'avoir pour le moment confirmation que de la mort de deux de ses ressortissants. Le président Enrique Pena Nieto a demandé sur son compte Twitter que toute la lumière soit faite sur ce qu'il a qualifié d'incident tragique. "Une unité mixte de la police et de l'armée qui pourchassait des éléments terroristes, (dimanche) soir, dans une oasis du désert occidental, a tiré accidentellement sur quatre véhicules tout-terrain appartenant à un groupe de touristes mexicains", dit le ministère égyptien de l'Intérieur. "L'incident a causé la mort de douze Mexicains et Egyptiens et fait dix blessés qui ont été hospitalisés", poursuit-il. De sources sécuritaires et judiciaires, on précise que huit Mexicains ont été tués et huit autres sont au nombre des blessés. Selon ces sources, le convoi de quatre véhicules tout-terrain, à bord desquels se trouvaient en tout 22 touristes mexicains, s'était arrêté dans le désert pour un barbecue et pour bivouaquer quand il a d'abord été bombardé puis mitraillé par les forces de sécurité lorsque les véhicules ont tenté d'échapper aux tirs. Claudia Ruiz Massieu, la ministre mexicaine des Affaires étrangères qui s'est entretenue avec l'ambassadeur du Mexique au Caire, a précisé que les survivants avaient rapporté que des hélicoptères et un avion militaire avaient bombardé leur convoi. Une enquête va être ouverte pour comprendre pourquoi le convoi se trouvait dans une zone où il ne devait pas pénétrer sans permis, ajoute le ministère égyptien de l'Intérieur. UN POLICIER ACCOMPAGNAIT LE CONVOI Un responsable du syndicat des guides touristiques, Hassan al Nahla, a contredit cette version officielle, affirmant qu'un représentant de la police accompagnait le convoi. "En raison de cette négligence et du manque de coordination entre les ministères du Tourisme et de l'Intérieur, l'Egypte (...) va payer les conséquences en matière de tourisme", a-t-il déclaré. Les oasis du désert occidental, notamment le fameux "désert blanc" constitué de spectaculaires concrétions calcaires, situé non loin de Bahariya, était une destination prisée des touristes dans les années 2000. La région est depuis extrêmement contrôlée, les autorités du Caire craignant des infiltrations de djihadistes depuis la Libye voisine. Les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) avaient d'ailleurs diffusé un peu plus tôt un communiqué repris sur Twitter dans lequel ils disaient avoir repoussé une offensive des forces gouvernementales dans le désert occidental. La région était jusqu'ici épargnée par le soulèvement islamiste qui a suivi l'éviction du président Mohamed Morsi, membre des Frères musulmans, déposé par l'armée en juillet 2013. Les violences touchaient essentiellement la péninsule du Sinaï. (avec Asma Alsharif au Caire et Noe Torres à Mexico; Jean-Philippe Lefief et Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant