Des Touaregs exécutent des soldats maliens

le
0
La rébellion armée réclame l'indépendance du nord du Mali.

Le conflit qui oppose les autorités maliennes aux Toua­regs dans les confins du Sahara tourne à la guerre dure et sans pitié. Lundi, Paris a dénoncé une série d'exécutions sommaires perpétrées par les rebelles, mi-janvier, dans la ville d'Aguelhok. Les victimes ont «été égorgées et les autres tuées d'une balle dans la tête», a détaillé le ministre français de la Coopération, Henri de Raincourt. Les 85 morts, tous des militaires ou des gendarmes, ont été abattus alors qu'ils avaient les mains liées dans le dos. Un massacre qui inquiète la France.

Car la prise d'Aguelhok, le 17 janvier, avait en fait signifié la reprise de la lutte armée par les Touaregs. Depuis cette date, les troupes du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) ont attaqué six autres villes du Nord-Est, comme Ménaka et Tessalit, mais aussi du Nord-Ouest, à Léré notamment, montrant ainsi leur mobilité et leur puissance. Le week-end dernier, plusieurs accrochages ont été si

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant