Des TGV à petits prix même le jour du départ

le
0
Des TGV à petits prix même le jour du départ
Des TGV à petits prix même le jour du départ

Révolution à la SNCF. La compagnie ferroviaire, qui avait érigé en dogme son célèbre « plus vous réservez tôt votre billet de TGV, plus son prix est bas », dépoussière sa politique tarifaire. Depuis hier, l'entreprise publique met en vente, moins de trois jours avant le voyage, des billets à petits prix sur toute la France. Ainsi, pour un Paris-Lille acheté la veille du départ, il sera possible de trouver des billets à 20 €, contre le double, au minimum, actuellement. Même chose pour un Paris-Marseille. Alors que dans le meilleur des cas, il faut débourser autour de 80 € pour s'offrir la Grande Bleue au dernier moment, la SNCF promet un billet à 50 €.

Avec cette offre commerciale, la compagnie ferroviaire espère reconquérir les jeunes. « La moitié des 18-24 ans achètent leurs billets une semaine avant le départ, et un sur huit se décide la veille ou le jour même, confie au journal les Echos, qui révèle l'information, Rachel Picard, directrice générale de Voyages-SNCF. Sur cette population-là, notre système de tarification, qui privilégie l'anticipation, est moins compétitif. »

Avec cette nouvelle grille de prix, la SNCF souhaite surtout concurrencer le covoiturage. Ce dernier grappille en effet depuis quelques années des parts de marché au TGV, qui voit son taux d'occupation osciller entre 65 % et 70 %. « Nous avons calqué nos petits prix sur ceux du covoiturage, précise même une porte-parole. Notre Paris-Lille et notre Paris-Marseille sont respectivement à 20 € et 50 €, quand le covoiturage propose, pour ces mêmes trajets, des prix entre 19 € et 49 €, mais sans la grande vitesse et sans le confort d'un voyage en TGV. »

Comme toute offre alléchante, il y a plusieurs « mais ». D'abord, ces petits prix ne sont pas proposés dans les trains qui circulent en période de pointe. Ensuite, pour débloquer ces billets à petits prix, les clients intéressés doivent voter sur Internet quinze ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant