Des tests antidrogue enfin efficaces

le
0
Des tests antidrogue enfin efficaces
Des tests antidrogue enfin efficaces

Un chauffeur qui roule à seulement 50 km/h sur l'autoroute, les yeux rougis et l'air paniqué par la vitesse, pourtant normale, des autres voitures. La conduite sous l'emprise du cannabis est souvent facilement décelable. Mais le prouver reste compliqué. Ce sera bientôt beaucoup plus simple, promet la sécurité routière qui lance aujourd'hui une campagne de sensibilisation sur les dangers de la conduite sous stupéfiants.

 

Des kits plus efficaces, ne nécessitant pas de passer par la case hôpital, vont être généralisés au début du mois prochain, au plus tard début janvier. L'idée : après le premier prélèvement salivaire positif sur le bord de la route, les forces de l'ordre prennent grâce à ce nouveau kit des échantillons qu'ils enverront ensuite à un laboratoire. Ils pourront ainsi continuer à contrôler les autres automobilistes.

 

Actuellement, en cas de résultats positifs, deux agents doivent escorter le chauffard dans un établissement de santé où ils attendent souvent des heures un prélèvement sanguin qui permet de caractériser le délit. « L'année dernière, nous avons tout de même dépisté 58 247 délits sur 118 476 contrôles, c'est dire si les forces de l'ordre visent juste, même si c'est loin d'être suffisant », salue Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière.

 

Renforcer les contrôles antidrogue au volant n'est pas une mesurette. L'année dernière, près d'un quart (23 %) des tués sur la route ont trouvé la mort dans un accident qui impliquait un conducteur positif aux stupéfiants, dans l'immense majorité des cas au cannabis.

 

« Les effets du cannabis sur la conduite sont catastrophiques, explique Jean-Pascal Assailly, psychologue spécialiste de la sécurité routière depuis près de trente ans. Parce qu'il altère nos comportements les plus automatisés, notamment l'écart sur le côté avec le trottoir ou la distance qui nous sépare de la voiture ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant