Des tensions aux obsèques des victimes d'Orlando

le
0
    par Bernie Woodall et Roselle Chen 
    ORLANDO, Floride, 19 juin (Reuters) - Les obsèques de 49 
victimes tuées dans l'attentat d'une boîte de nuit gay d'Orlando 
ont été marquées samedi par de fortes tensions, la conductrice 
d'une voiture est accusée d'avoir blessé deux agents de police 
tandis que des manifestations homophobes ont perturbé une des 
cérémonies. 
    Deux shérifs-adjoints du comté d'Osceola ont été blessés 
alors qu'ils escortaient le cortège funèbre de Jean Carlos 
Mendez à Kissimmee, à 32 km au sud d'Orlando, quand une voiture 
a coupé la procession et les a percutés, rapporte un communiqué 
publié sur la page Facebook des shérifs. 
    Les deux policiers ont été emmenés à l'hôpital, et sont dans 
un état stable, a commenté la porte-parole du shérif Twis 
Lizasuain. 
    Aux obsèques d'une autre des 49 victimes, Christopher 
Leinonen, dans une église proche du centre d'Orlando, quelques 
manifestants homophobes de la Westboro Baptist Church sont 
restés debout en silence pendant près d'une heure.  
    Face aux pancartes haineuses de la petite organisation 
familiale du Kansas, 200 contre-manifestants étaient présents, 
leur bloquant la vue à l'aide de panneaux aux couleurs 
arc-en-ciel et se répandant en applaudissements à leur départ. 
    Les autorités enquêtent toujours sur les motivations d'Omar 
Mateen, 29 ans, auteur de la pire tuerie de l'histoire des 
Etats-Unis, qui a tué 49 personnes au club gay du Pulp. Mateen a 
été tué lors d'échanges de tirs avec la police après avoir 
commis le massacre. 
     La tuerie a déclenché un nouvel élan pour le mouvement du 
contrôle des armes et le Congrès américain doit voter sur des 
propositions de loi restreignant la vente d'armes à partir de la 
semaine prochaine.  
    Le Sénat votera lundi sur quatre propositions visant à 
limiter la vente d'armes pour les suspects terroristes, mais 
elles sont toutes quatre susceptibles d'échouer, anticipe-t-on 
dans la Chambre haute. 
    Un groupe de sénateurs républicains mené par la sénatrice du 
Maine Susan Collins a tenté vendredi d'élaborer un autre projet 
de loi qui pourrait avoir plus de chance de s'arroger une 
majorité. 
    Il prévoit d'empêcher la vente d'arme aux suspects 
terroristes dont le nom apparaît sur la liste des interdits de 
vol du gouvernement, qui interdit aux suspects de voyager en 
avion depuis et à destination des Etats-Unis, ou sur la liste 
des personnes soumises à des contrôles accrus dans les 
aéroports, a précisé la sénatrice dans un communiqué. 
    Ces deux listes sont bien plus réduites que la totalité des 
fichages pour terrorisme opérés par le FBI. 
 
 (Barbara Goldberg à New York, Jim Young à Orlando; Julie 
Carriat pour le service français, édité par Danielle Rouquié) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant