Des taux de crédit bas stimulent à nouveau l'immobilier

le
5
La faiblesse des taux facilite également les renégociations de crédit. (© Fotolia)
La faiblesse des taux facilite également les renégociations de crédit. (© Fotolia)

Les professionnels de l’immobilier redeviennent plus optimistes. Notre dernier pointage le confirme. Investir actuellement dans l’immobilier permet de bénéficier d’un financement historiquement très bas. Et les banques semblent plus mobilisées vers des clients aisés comme vers ceux, plus modestes. 

L’évolution est aussi liée à la qualité de l’emprunteur. Dans les meilleurs cas, selon notre enquête, les taux fixes (hors assurance) peuvent aller de 1,65% sur quinze ans à 2,85% sur trente ans.

La fourchette se situe de 1,65 à 2,15% sur quinze ans. Sur vingt ans, selon le profil de l’acquéreur, on passe de 1,85 à 2,40%. Sur vingt-cinq ans, de 2,10 à 2,70%. L’écart s’agrandit un peu pour des emprunts à trente ans, vers 2,85 à 3,60%. Toujours en taux fixe et hors assurance et clauses particulières.

Bloc "A lire aussi"

On remarque une grande mobilité des taux suivant le type de relations entre l’organisme prêteur et l’acquéreur. Il convient toutefois d’obtenir une offre écrite comportant l’ensemble des conditions et pénalités éventuelles. 

On remarque également une attention plus positive aux demandes de rachats de crédits. Cela, pour profiter de nouvelles conditions plus attractives. Sur la base de divers calculs, on peut obtenir un gain moyen de 10.000 euros (hors assurance) en

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • remimar3 le jeudi 23 avr 2015 à 11:45

    Comme quoi en immobilier, c'est souvent la chance qui permet d'amplifier ses gains. Il est donc vain de chercher le raisonnement qui vous conduira au gain maximal. Heureusement pour les malchanceux, la durée des investissements permet de gommer un peu les écarts et ceux qui peuvent investir successivement sur plusieurs époques bénéficient d'un meilleur lissage des performances dans la durée.

  • remimar3 le jeudi 23 avr 2015 à 11:41

    La suite : En outre en 2009, après le mise en oeuvre du QE par les USA, beaucoup d'acheteurs en immobilier brandissaient la menace de l'hyperinflation à venir pour justifier un achat immobilier en espérant que ça ferait comme après 1973 : emprunt à taux raisonnable avant 73 et grosse inflation ensuite venant diminuer l'impact des remboursements d'emprunt. Ces acheteurs de 2010 et au delà ont eu tout faux sur toute la ligne. Qui aurait pu pensé que les taux d'emprunt continueraient à baisser ?

  • remimar3 le jeudi 23 avr 2015 à 11:38

    Bravo à ceux qui ont investi début 2000 en prenant un crédit à taux variable. Ils ont investi avant que l'hyperinflation immobilière des années 2000 ne grève le rendement de la pierre. Ils bénéficient actuellement de plus values et le montant de leur remboursement diminue régulièrement. Mais à l'époque qui aurait pensé que les taux d'emprunt diminueraient régulièrement sur une longue période ? ...

  • nono67 le mercredi 22 avr 2015 à 18:10

    il aut dire qu'avec la planche à billet de la bce, les banques regorgent de liquidités . Et comme elles ne peuvent pas tout mettre sur les marchés , et pour ne pas être critiquée , elles en refile un peu à l'économie réelle . Vous croyez que cela intéresse une banque de prêter à 2% sur 20 ans ??

  • faites_c le mercredi 22 avr 2015 à 16:12

    "Des taux de crédit bas stimulent à nouveau l'immobilier" La situation du crédit n'a pas franchement évolué depuis un an contrairement à ce qu'on essaye de nous faire croire et j'ai comme un doute que cela soit la raison de la reprise de l'immobilier. Par contre, il est possible que les prix de l'immobilier ayant légèrement baissé que certains pensent qu'il est urgent d'investir et que les banques ce soient aperçues qu'habituer les clients à ne pas emprunter pourraient leur coûter cher!