Des succès mais aussi des chantiers inachevés pour DSK au FMI

le
0
Dominique Strauss-Kahn laisse derrière lui des succès importants dans la modernisation de l'institution, mais aussi des chantiers inachevés dus à son départ prématuré.

Dominique Strauss-Kahn, qui a démissionné ce jeudi de son poste de directeur général du Fonds monétaire international, a marqué l'histoire de l'institution, pour le meilleur en la modernisant et pour le pire en finissant son parcours incarcéré.

LES SUCCÈS

La réforme des droits de vote

Il avait fallu six mois à Dominique Strauss-Kahn pour faire s'accorder les États membres sur un léger rééquilibrage des droits de vote au profit des économies émergentes. Le résultat avait été mitigé. Qu'à cela ne tienne: en novembre 2010, le FMI parvenait à un accord sur une nouvelle répartition conforme à la nouvelle donne de l'économie mondiale.

Le redressement des finances

Les comptes du FMI étaient en si mauvais état en 2007 qu'il lui fallait vendre une partie de son or et se séparer de cadres. L'organisation n'a jamais été aussi riche qu'aujourd'hui, les Etats membres décidant d'abord en avril 2009 de lui prêter pour tripler ses ressources, puis en novembre 201

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant