Des sous-traitants de STX prêts à entrer au capital

le
0
    NANTES, 23 juin (Reuters) - Une dizaine de sous-traitants 
des chantiers navals de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) 
souhaitent entrer au capital de l'entreprise pour une part 
minoritaire, a annoncé vendredi la région Pays de la Loire dans 
un communiqué. 
    "Ce scénario alternatif, tout en laissant le pilotage 
industriel à Fincantieri, a l'avantage de ne pas placer ce 
groupe italien en situation majoritaire", a déclaré Bruno 
Retailleau, président (LR) de la région. "Il permet à l'Etat et 
aux acteurs économiques de notre pays de se réapproprier le 
fleuron de notre industrie navale () et de préserver ainsi nos 
intérêts stratégiques." 
    Ce « pool d'industriels ligériens » s'inscrirait « dans le 
sillage du groupe IDEA », une société de services logistiques 
dirigée par Bruno Hug de Larauze, l'ancien président de la 
Chambre de commerce et d'industrie des Pays de la Loire. 
    Lors de sa visite aux chantiers navals de Saint-Nazaire, le 
31 mai, Emmanuel Macron avait annoncé vouloir "revoir les 
équilibres de principe" qui avaient été actés par son 
prédécesseur François Hollande.  
    "En aucun cas l'actionnariat futur ne doit fragiliser la 
capacité à acquérir de nouveaux contrats et à avoir de nouveaux 
clients, avait déclaré le président de la République.  
    Cette structure doit également « garantir la pérennité des 
emplois », avait-il ajouté. « En aucun cas, il ne doit y avoir 
() des choix qui puissent privilégier un site contre un autre 
et fragiliser les emplois à Saint-Nazaire.  
    La France et l'Italie sont convenues le 5 juin de trouver 
rapidement une solution dans les discussions concernant 
l'acquisition par le groupe italien Fincantieri  FCT.MI  auprès 
de STX Europe d'une part majoritaire du capital de STX France, 
propriétaire des chantiers navals de Saint-Nazaire. 
    Fincantieri a annoncé le 19 mai la signature d'un accord 
portant sur l'acquisition de 66,66% du capital de STX France 
pour 79,5 millions d'euros. 
    Selon le projet conclu avec le gouvernement Cazeneuve en 
avril, Fincantieri reprendrait 48% des chantiers navals, l'Etat 
français conserverait ses 33% et le constructeur militaire 
public français DCNS entrerait au capital à hauteur de 12%. Le 
complément serait apporté par la Fundazione CR Trieste. 
     
 
 (Guillaume Frouin, édité par Yves Clarisse) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant