Des soldes très attendus... par les commerçants

le
0

Les enseignes rivaliseront, ce mercredi, de rabais records et d'animations, pour relancer les ventes. Elles ont chuté au printemps, sur fond de grogne sociale et de mauvaise météo. Une avalanche de promotions n'y a rien fait.

Des clients ou des commerçants, qui attend le plus les soldes qui débutent ce mercredi pour six semaines ? Sans doute les commerçants. En effet, les ventes de textile et habillement ont chuté de plus de 6,5% en avril et de 3% en mai, selon des données provisoires de l'Institut français de la mode (IFM). «Pré-soldes» et promotions massifs, souvent de -50, voire -60%, rabais dégressifs et SMS de relance n'ont pas eu les effets escomptés. Faute d'avoir écoulé leurs stocks estivaux, au plus haut en ce printemps morose, les enseignes doivent absolument profiter des soldes. Il devient impérieux de faire entrer de la trésorerie, afin d'honorer leurs échéances. Il faut aussi libérer de la place en rayons, pour accueillir les nouvelles collections.

»» Lire aussi: Dates, rabais et astuces pour bien démarrer les soldes d'été 2016

Daniel Wertel, président de la Fédération française du prêt-à-porter féminin, estime toutefois dommage que les dates des soldes les fassent «débuter bien trop tôt dans la saison, contraignant les marques à vendre au rabais les vêtements que les consommateurs ont tout juste envie d'acheter». Une partie des commerçants serait ainsi pour un début retardé des soldes. Bernard Morvan, président de la Fédération nationale de l'habillement (FNEH), ne partage pas cet avis, compte tenu de la situation délicate de bien des commerçants. «Ils ont besoin de vendre, la saison a été tellement sombre, certains indépendants ont vu leur chiffre d'affaires plonger de 30%.»

Shopping VIP, pompes et football

Les consommateurs sont eux bien moins impatients que les soldes débutent que par le passé. En 2015, ils ont d'ailleurs davantage acheté en promotions, tout au long de l'année, qu'en soldes. Qui plus est, selon Kantar, tous les Français ne profitent pas de ces rabais: seuls ceux qui ont le moins de contraintes budgétaires en profitent, alors que ceux que l'on qualifie de consommateurs «à minima» ou «bons plans» achètent de moins en moins. N'en déplaise aux sondages, qui assurent, souvent, que cet événement reste un moment fort pour plus de la moitié des consommateurs, et qu'ils envisagent de dépenser cette année en moyenne 300 euros, soit 55 euros de plus que l'année précédente...

»» Lire aussi: Pour éviter la cohue des soldes, réservez sur Internet!

Pour réveiller l'intérêt des clients, les enseignes, grands magasins et centres commerciaux ne feront pas que solder fort (jusqu'à -70% d'emblée chez Kiabi et d'autres). Ils proposeront aussi plus d'animations que jamais. Certaines marques, comme les dessous pour jeunes Undiz, inviteront des fans fidèles sur les réseaux sociaux à un moment de shopping VIP, en privatisant une poignée de magasins avant qu'ils ne soient ouverts à tout le monde. Le BHV Marais, à Paris, joindra l'utile à l'agréable, invitant les clients à faire du sport en même temps que des achats. Dès 7h30, les trente premières clientes inscrites en ligne et qui accepteront de subir un enchaînement d'exercices de cardios, de pompes, et ramping à tous les étages, auront, en récompense, le privilège d'accéder aux soldes avant tout le monde. Une tenue Nike sera aussi en jeu. Les moins vaillantes pourront gagner 1000 euros de shopping, en repérant des hôtesses du grand magasin, dans le centre de Paris.

Espaces «braderie» à l'année

Les centres commerciaux ne seront pas en reste, proposant, pour certains, des séances de cinéma gratuites destinées aux enfants. L'e-commerce compte bien aussi relancer la consommation en ligne, en proposant des rabais plus importants que les magasins. L'Euro de football pourrait les aider à concrétiser leurs objectifs... c'est en tout cas ce qu'espère Brandalley, à la lumière d'une étude «les femmes et le foot» récemment menée par le site. Il en ressort que 65% des Françaises envisageraient d'occuper les soirs de match en profitant des soldes en ligne.

Par ailleurs, les commerçants ont tellement amoncelé de stocks des saisons passées qu'ils proposent des espaces «braderie» à l'année, où à l'occasion des soldes, aussi bien en ligne que dans les magasins. Le 6e étage des Galeries Lafayette fera sa braderie. Sur Brandalley, les remises iront jusqu'à 95% sur les dernières pièces de collections passées. Les villages de marques devraient eux aussi attirer leur lot de clients, les soldes, rajoutés à des prix déjà bas, y étant d'autant plus intéressants.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant