Des soldats de l'Union africaine ont violé des Somaliennes-HRW

le
0

NAIROBI, 8 septembre (Reuters) - Des soldats de l'Union africaine déployés en Somalie ont violé et exploité sexuellement des femmes et des jeunes filles qui s'étaient rendues dans leurs bases dans l'espoir de bénéficier de soins médicaux ou de trouver de l'eau, écrit l'organisation Human Rights Watch (HRW) dans un rapport publié lundi. Le rapport de 71 pages détaille les agressions subies par au moins 21 réfugiées dans deux bases des casques bleus africains dans la capitale somalienne depuis 2013. Seules deux d'entre elles ont porté plainte, précise HRW. "La Somalie est confrontée à de nombreux problèmes mais les dirigeants somaliens et de l'UA pourraient mettre fin aux abus et à l'exploitation sexuelle en faisant pression sur les pays qui envoient des troupes", souligne Liesl Gerntholtz, directrice pour les droits des femmes de l'organisation basée à New York. Les pays qui participent aux opérations de maintien de la paix sont les seuls habilités à poursuivre en justice leurs soldats. Les cas de viols répertoriés par HRW ont tous impliqué des soldats ougandais ou burundais mais l'ONG précise ne pas avoir eu accès à d'autres bases où sont stationnés des casques bleus d'autres pays. Le Kenya, l'Ethiopie, Djibouti et la Sierra Leone ont également fourni des troupes à la mission de l'UA en Somalie (Amisom) depuis son déploiement en 2007. Dans une réponse adressée à HRW, le chef de l'Amisom, le Tchadien Mahamat Saleh Annadif, s'est engagé à "redoubler d'efforts" pour mettre fin à ce fléau si les accusations formulées par le rapport sont confirmées. (Edith Honan; Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant