Des soldats américains parmi les victimes de Benghazi

le
0
DEUX ATTAQUES SUCCESSIVES CONTRE LES AMÉRICAINS À BENGHAZI
DEUX ATTAQUES SUCCESSIVES CONTRE LES AMÉRICAINS À BENGHAZI

par Hadeel Al Shalchi

BENGHAZI, Libye (Reuters) - L'embuscade tendue à une unité de l'US Army acheminée par hélicoptère pour porter secours aux diplomates assiégés au consulat de Benghazi a fait deux morts côté américain, a-t-on appris mercredi auprès de responsables libyens.

Les détails de l'attaque du consulat, qui a couté la vie à l'ambassadeur Chris Stevens et à un quatrième Américain membre du corps diplomatique restent confus, mais deux officiels libyens, dont l'un commande l'unité qui a escorté les secours américains, assurent qu'un deuxième assaut lancé contre le lieu où les diplomates ont été conduits après le début de l'attaque a été mené de façon professionnelle.

Le nombre d'Américains qui attendaient les secours - ils étaient 37 - a en outre été largement sous-estimé, ce qui explique que les forces libyennes n'aient pas eu immédiatement les moyens de transports nécessaires pour les évacuer après le lancement de ce deuxième assaut.

"Je pense vraiment que cette attaque a été planifiée", a déclaré à Reuters le capitaine Fathi al Obeïdi, dont unité spéciale a reçu l'ordre de se joindre aux huit militaires américains arrivés à l'aéroport de Benghazi.

"Les tirs de mortiers qui nous ont visés étaient trop précis pour provenir de révolutionnaires ordinaires", a poursuivi l'officier, dont la brigade formée l'an dernier par des civils hostiles au régime de Mouammar Kadhafi est désormais au service des nouvelles autorités.

D'autres responsables libyens évoquent la présence de partisans de l'ancien régime parmi les assaillants ou d'extrémistes islamistes formés en Afghanistan.

UNE DOUZAINE D'AMÉRICAINS BLESSÉS, SELON TRIPOLI

Sur les huit militaires américains venus de Tripoli, l'un a été tué et deux autres ont été blessés, selon Obeïdi. Le vice-ministre libyen de l'Intérieur a quant à lui parlé d'un deuxième décès dans les rangs américains lors de la deuxième attaque. On ignore s'il s'agit d'un diplomate ou d'un membre du service de sécurité du consulat.

Selon Obeïdi, les tirs de mortiers se sont abattus à l'arrivée des dix pick-up acheminés pour transférer les diplomates américains à l'aéroport.

"Environ six obus de mortiers se sont abattus directement sur le chemin de la villa. Pendant ces tirs, l'un des marines que j'avais emmenés avec moi a été blessé est s'est écroulé", a-t-il raconté.

"Alors que je mettais le marine blessé en sécurité, d'autres marines postés sur le toit comme tireurs d'élite ont crié et les autres se sont jetés au sol.

"Un obus de mortier a touché le côté de la maison. Un des marines sur le toit a été projeté en l'air et s'est abattu sur nous.

"J'étais submergé d'appels de membres du gouvernement libyens qui me disaient de faire vite pour les sortir de là. Mais je leur disais que la situation était difficile et qu'il nous fallait plus d'hommes et de voitures", a ajouté Obeïdi.

Finalement, des milices progouvernementales ont envoyé plusieurs dizaines de véhicules qui ont pu conduire le personnel consulaire et les soldats américains à l'aéroport où un avion a les ramenés à Tripoli.

Selon le vice-ministre libyen de l'Intérieur Wanis al Sharif, l'ambassadeur Stevens et un autre diplomate ont trouvé la mort dans la première attaque, qui a visé le consulat et les deux autres victimes américaines sont décédées pendant la tentative d'évacuation vers l'aéroport. Selon lui, une douzaine d'Américains ont été blessés.

Jean-Philippe Lefief pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant