Des sociétés tirent parti de la crise de confiance liée à l'affaire Snowden

le
0
Le «cloud computing», ou informatique dématérialisé, traverse une crise de confiance. Les utilisateurs veulent savoir ce qu'on fait de leurs données personnelles en ligne, voire en reprendre le contrôle.

Depuis l'affaire Snowden, les acteurs américains du «cloud computing», ce stockage de données en ligne, n'inspirent plus la même confiance aux consommateurs. Selon une enquête édifiante réalisée l'Information Technology and Innovation Foundation, les Américains comme Google, Amazon, Apple ou Facebook, qui détiennent actuellement 85% du marché, pourraient en effet perdre jusqu'à 30% de leurs parts du fait de cette crise de confiance, soit 31 milliards de dollars. Une brèche dans laquelle certaines sociétés, notamment françaises, ont su s'engouffrer.

A la lumière du scandale Prism et de la politique commerciale de Google, la sécurisation de ses données personnelles se pose en effet en deux termes: où sont-elles stockées? Et par qui? Domicilier ses serveur...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant