Des smartphones aux montres, on est toujours plus connecté... et mesuré

le
0
Des smartphones aux montres, on est toujours plus connecté... et mesuré
Des smartphones aux montres, on est toujours plus connecté... et mesuré

Pouls, poids, heures de sommeil, calories dépensées... Un nombre croissant d'accessoires électroniques ont fait irruption sur le marché en 2014 encourageant l'individu à collecter des statistiques sur lui-même, et la tendance devrait s'accélérer avec l'arrivée des montres connectées.S'auto-mesurer, on le fait depuis longtemps sur la balance de la salle de bain ou quand on utilise un bon vieux podomètre ou un stylo autopiqueur pour diabétique. La collecte de données prend toutefois aujourd'hui une ampleur et une automatisation sans précédent grâce à des appareils portés en permanence, bardés de capteurs et reliés à internet, où les informations sont stockées et analysées.Les montres connectées ("smartwatch") ont été les vedettes de 2014: Samsung, Huawei, Motorola, LG, Sony... se sont précipités pour occuper le terrain avant l'arrivée d'Apple, qui a annoncé une "Apple Watch" pour "début 2015"."Apple va aider à éduquer le marché de masse sur les raisons pour lesquelles on a besoin d'une smartwatch", indique à l'AFP Dan Ledger, un analyste du cabinet Endeavour Partners. - Des capteurs partout - D'après un sondage en septembre de l'institut Gfk auprès de consommateurs chinois, coréens, allemands, britanniques et américains, 29% des acheteurs potentiels d'une montre connectée s'intéressent avant tout au suivi d'activité qu'elle permet dans le cadre d'un entraînement sportif ou d'une surveillance médicale.Compter les distances parcourues, vérifier le pouls ou la tension, calculer les calories dépensées: c'est aussi l'objectif des bracelets électroniques de "fitness" commercialisés ces dernières années par Jawbone, FitBit ou Nike. Certains surveillent aussi la qualité du sommeil via les mouvements de l'utilisateur la nuit.D'autres appareils corrigent la posture: le Lumo Lift de BodyTech vibre dans le dos quand on ne se tient pas bien droit, tandis que le projet de bracelet ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant