Des singes cobayes envoyés à Fukushima

le
0
Pour mesurer la radioactivité dans les zones contaminées inaccessibles, des scientifiques de l'université de Fukushima ont eu l'idée d'équiper des sangliers et des macaques japonais de GPS et de dosimètres.

Éric Besson n'est pas le seul à se rendre sur le site de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon, dévastée par le tsunami meurtrier du 11 mars 2011 et dans les zones contaminées par les rejets de radioactivité. D'autres visiteurs, d'un genre très différent, ont précédé le ministre français de l'Industrie dans ces territoires interdits que les autorités japonaises veulent à tout prix assainir pour les rendre, un jour peut-être, de nouveau habitables.

Pour obtenir une cartographie précise des zones irradiées, qui pour certaines se situent à plusieurs dizaines de kilomètres de la centrale accidentée, l'université de Fukushima, a eu l'idée d'équiper... des sangliers et des macaques japonais, de dosimètres et de GPS.

Un enjeu crucial

«Le fait d'utiliser ces animaux sauvages nous permettra d'établir une carte précise des niveaux de radiation au c½ur des forêts qui couvrent 71% de la préfecture de Fukushima et sont parfois difficilement accessibles» e...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant