Des signaux des boites noires du vol MH370 peut-être captés

le
0
À LA RECHERCHE DES BOÎTES NOIRES DU VOL MH370
À LA RECHERCHE DES BOÎTES NOIRES DU VOL MH370

SYDNEY (Reuters) - Répétition du titre.

Les signaux captés par un bateau australien engagé dans les recherches dans l'océan Indien du vol MH370 de la Malaysia Airlines pourraient être ceux d'enregistreurs de vol, a annoncé lundi le responsable de l'agence australienne qui coordonne les opérations.

"C'est manifestement la piste la plus prometteuse", a déclaré Angus Houston, évoquant deux signaux reçus au large de la côte ouest de l'Australie, lors d'une conférence de presse à Perth.

Angus Houston a précisé que deux séries de signaux avaient été détectés. La première série a duré deux heures et demie avant que le contact soit perdu, la seconde a été d'un peu moins d'un quart d'heure.

"Deux signaux distincts étaient audibles", a-t-il dit. "Fait révélateur, cela pourrait être cohérent avec les transmissions de l'enregistreur de données de vol et de l'enregistreur audio du cockpit", a-t-il précisé.

Plusieurs jours pourraient être nécessaires pour confirmer que ces signaux proviennent de l'appareil disparu le 8 mars avec 239 personnes à bord, a-t-il souligné.

Les boîtes noires, s'il s'agit bien d'elles, doivent se trouver au fond de l'océan et la balise de localisation dont elles sont équipées dispose de batteries dont la durée de vie est d'un mois environ. Ces batteries devraient être donc très prochainement épuisées.

Les signaux en question ont été captés par le système de détection américain nommé "pinger locator" embarqué à bord du bateau australien Ocean Shield, qui se trouvait alors à 300 milles nautiques du lieu ou un navire chinois en a reçu un autre.

Si ces signaux peuvent être localisés de manière plus précise, un véhicule téléguidé, le Bluefin 21, sera alors immergé pour tenter de repérer l'épave de l'avion sur le plancher de l'océan Indien.

Dans cette zone, la profondeur des eaux atteint environ 4.500 mètres, ce qui est la limite à laquelle le Bluefin peut descendre.

"Nous sommes à la limite des possibilités et nous pourrions nous heurter à un obstacle si l'appareil a terminé dans des eaux plus profondes", a dit Angus Houston.

(Jane Wardell, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant