Des serrures intelligentes pour maisons connectées

le
2

Utilisées depuis longtemps par les hôtels, les serrures électroniques se multiplient. La possibilité d’ouvrir la porte avec un smartphone, sans remise de clé, peut attirer ceux qui louent leur logement.

Comment louer son appartement sans avoir à remettre les clés au locataire et s’angoisser parce qu’il risque de les perdre? Un nouvel outil connecté est à la disposition des propriétaires qui accueillent des hôtes payants. Certains adeptes d’AirbnB pourraient même s’en emparer.

Présentes depuis quelques années déjà en Amérique du Nord, avec des modèles tels que Lockitron ou Goji, les serrures connectées arrivent en France. Avec différents modes de communication sans fil (wifi, bluetooth, NFC…), ces innovations permettent de se passer de clé et d’ouvrir sa porte avec son smartphone ou avec une puce Rfid. Un principe séduisant permettant de gérer ses accès à distance voire de paramétrer un digicode personnel (choix des personnes pouvant accéder, horaires d’ouverture, etc.) mais qui pose aussi la question du piratage informatique.

Il faut croire que malgré ces craintes légitimes, l’intérêt pratique du produit est en train de prendre le dessus. Depuis cette semaine, La Poste teste dans 50 bureaux du sud-est, un nouveau service baptisé Postaccess. Il associera un système électronique qui promet de s’adapter à la quasi-totalité des serrures et un service en ligne. Moyennant une centaine d’euros au maximum (et parfois un abonnement), il permettra de gérer entièrement en ligne ses accès.

Autre nouvelle venue, bien décidée à profiter de ce marché, la start-up française Okidokeys. Elle commercialise déjà ses serrures aux Etats-Unis et compte se lancer cet été sur le marché français. Ses produits promettent d’être plus chers, puisqu’ils seront commercialisés entre 250 et 450 euros sans compter un éventuel abonnement. Il faut dire aussi que la société a effectué un gros travail pour que son système puisse s’adapter sur les serrures françaises à 3 et 5 points et s’installer en 5 minutes. Par ailleurs, les portes pourront être ouvertes au choix avec un smartphone, une carte magnétique, un bracelet ou un porte-clés.

Okidokeys revendique surtout une certaine parenté avec le monde de l’hôtellerie, puisque sa maison mère, Openways, gère les systèmes d’ouverture de nombreux hôtels. Mais comme ces serrures-là sont destinées à des particuliers, la société compte séduire les propriétaires effectuant de la location de courte durée. Son service RentEZ permet au locataire de recevoir sur son smartphone une clé virtuelle qui se désactivera sitôt la location finie. De son côté, le propriétaire n’aura plus à sa déplacer pour remettre ou récupérer les clés. Mais pour bénéficier de ce service, agrémenté d’une conciergerie digitale destinée au locataire, il faudra encore débourser 60 euros par an.

Les locations de voitures bénéficient déjà du système

Les systèmes numériques permettant de se passer de clés ont décidément la cote actuellement. Ils s’appliquent déjà avec un certain succès aux locations de voiture entre particuliers. Citizencar ou Livop, par exemple, permettent déjà de louer le véhicule d’un particulier en recevant sur son smartphone un code secret qui devient un sésame pour ouvrir la voiture et il n’y plus qu’à récupérer la clé dissimulée dans l’habitacle.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • heimdal le mercredi 28 jan 2015 à 09:43

    Et en cas de panne de batterie smartphone ton locataire ne peut plus rentrer.

  • marcsim5 le mardi 27 jan 2015 à 19:04

    avec une bonne terre, un parafoudre et un onduleur...pourquoi pas.