Des scientifiques britanniques pour la Fiv "à trois parents"

le
1
DES SCIENTIFIQUES BRITANNIQUES POUR LA FIV "À TROIS PARENTS"
DES SCIENTIFIQUES BRITANNIQUES POUR LA FIV "À TROIS PARENTS"

par Kate Kelland

LONDRES (Reuters) - Un groupe d'experts scientifiques britanniques a apporté mardi son soutien aux traitements dits de la fécondation in vitro (Fiv) "à trois parents" qui, s'ils sont autorisés, permettront pour la première fois l'implantation d'embryons génétiquement modifiés dans l'utérus.

La technique de la Fiv à trois est destinée aux parents susceptibles de transmettre une maladie incurable parce qu'ils sont porteurs d'un défaut génétique particulier.

Ces traitements, qui n'ont jamais été expérimentés dans le monde, pourraient être disponibles d'ici deux ans, ont expliqué ces scientifiques à la presse à Londres au lendemain de la publication de leur rapport sur la question.

Le gouvernement britannique a annoncé l'an dernier le dépôt d'un projet de loi autorisant ces traitements dans le cas où leur innocuité serait validée par des essais cliniques.

Aux Etats-Unis, l'autorité sanitaire, la Food and Drug Administration (FDA), a également réuni un comité d'experts qui devra se prononcer sur le lancement des essais cliniques.

Dans son rapport, le comité d'experts britanniques dit que ce qu'il a pu constater pour l'instant "ne suggère pas que ces techniques soient dangereuses". Au contraire, estime-t-il, ces techniques sont susceptibles d'être "utiles pour un groupe particulier de patients".

ÉCHANGE D'ADN

Ces techniques, dites de transfert mitochondrial, permettent d'intervenir dans le processus de fécondation pour ôter l'ADN mitochondrial défectueux, qui peut causer des maladies graves, comme la dystrophie musculaire ou la cécité.

Environ un bébé sur 6.000 vient au monde avec de graves problèmes mitochondriaux.

Plusieurs méthodes de transfert sont en cours d'étude. L'une d'elles, connue sous le nom de transfert nucléaire et développée par l'Université de Newcastle, procède à un échange d'ADN entre deux oeufs humains déjà fécondés.

Une autre procède au transfert entre l'ovule maternelle et celle de la donneuse avant la fécondation.

La Fiv est dite à trois parents, parce que les gènes du futur bébé proviendront de sa mère, de son père et de la donneuse.

"En l'absence de traitement efficace, les thérapies de remplacement mitochondrial (...) offrent un grand espoir aux familles atteintes de troubles mitochondriaux", estime Peter Braude, professeur de gynécologie-obstétrique au King's College de Londres et membre du comité d'experts.

Remplacer des mitochondries défectueuses par des organites sains ne relèverait pas des techniques de génie génétique au sens habituel du terme.

Cela ne rendra pas l'enfant à naître plus intelligent, plus sportif ou plus beau, ni différent de ce qu'il serait sans cela, compte tenu de son patrimoine génétique et de l'environnement dans lequel il grandira.

(Danielle Rouquié pour le service français, édité par Henri-Pierre André)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dupon666 le mardi 3 juin 2014 à 19:20

    quel interet dans un monde surpeupleé....?....à part tenter de se prendre pour Dieu