Des scientifiques argentins découvrent un champignon anti-chikungunya

le
0
Des scientifiques argentins découvrent un champignon anti-chikungunya
Des scientifiques argentins découvrent un champignon anti-chikungunya

Cette trouvaille pourrait stopper le chikungunya. Des scientifiques argentins ont découvert un champignon capable de détruire les larves de moustiques vecteurs du virus et de la dengue. Il n'existe actuellement aucun vaccin homologué pour ces deux maladies.

Le Leptolegnia chapmanii peut se développer dans différents milieux, dans des eaux pures ou souillées, quelle que soit la température, pour un coût modique, selon les travaux de dix chercheurs de l'Université nationale de La Plata, près de Buenos Aires.

Le champignon a un pouvoir mortel sur les larves de 15 variétés de moustiques, dont ceux qui propagent le virus du chikungunya et de la dengue.

L'objectif des scientifiques est désormais d'élaborer un liquide ou une pastille qui «pourrait être introduit dans l'eau pour que le champignon s'y développe et élimine les larves», ainsi que convertir le champignon «en insecticide biologique à grande échelle» pour contrôler la propagation des virus, a expliqué Juan Garcia, qui dirige les recherches.

Un vaccin prometteur

Un vaccin prometteur contre le virus du chikungunya mis au point par des chercheurs américains a été testé pour la première fois chez l'homme, selon une étude publiée vendredi dans la revue médicale britannique The Lancet.

Apparu d'abord en Afrique et en Asie, le chikungunya est une maladie virale qui provoque de fortes fièvres et des douleurs articulaires. Elle peut être fatale pour des personnes affaiblies.

Véhiculé par des moustiques, le virus a depuis le milieu des années 2000 atteint le sud de l'Europe et est en passe de se développer sur le continent américain, avec une épidémie qui frappe depuis plusieurs mois les Caraïbes.

La dengue, surnommée «grippe tropicale», est une infection virale transmise par les moustiques. Son incidence a progressé de manière spectaculaire au cours des dernières décennies, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui estime à 100 millions le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant