Des satellites pour offrir l'internet aux "sous-connectés"

le
0
Des satellites pour offrir l'internet aux "sous-connectés"
Des satellites pour offrir l'internet aux "sous-connectés"

Les quatre premiers satellites de la constellation O3b, qui doivent offrir un accès internet très haut débit et bon marché à trois milliards d'habitants de quelque 180 pays numériquement défavorisés, vont être mis en orbite lundi soir par une fusée Soyouz tirée depuis la Guyane française.O3b, c'est l?abréviation de "Other 3 billion": les "trois autres milliards" d'individus, habitants des pays du sud "sous-connectés" qui, faute de moyens ou d'infrastructures, n'ont pas facilement accès au web comme dans les pays riches.L'idée a germé en 2007 dans l'esprit de l'Américain Greg Wyler, fondateur de l'opérateur de satellites O3b Networks. Pionnier des réseaux de téléphonie mobile 3G en Afrique, il se trouvait alors au Rwanda et se heurtait à la médiocrité du réseau de télécommunications local.Pourtant, "les habitants de ces pays ont soif d'accès à internet. La demande est là, c'est un problème de coût", expliquait-il en 2008 à Paris, le jour où son projet était officiellement lancé.Greg Wyler imagine une parade toute simple: passer outre les coûteuses infrastructures au sol (fibre optique, câble, etc.) en plaçant en orbite autour de l'Equateur une constellation de petits satellites pour servir de relais spatiaux entre les utilisateurs et la Toile mondiale, à l'aide de seules antennes paraboliques.Cette orbite équatoriale permet de couvrir une bande de 45 degrés au nord et 45 degrés au sud, autrement dit une zone comprenant la totalité de l'Afrique, presque toute l'Amérique latine, le Moyen Orient, l'Asie du sud-est, l'Australie et l'Océanie, autant de marchés émergents en manque de connexion internet.Certes, des satellites géostationnaires fournissent déjà ce type de services mais leur coût d'exploitation est généralement élevé, tout comme la facture finale pour l'utilisateur.En outre, comme ils tournent à quelque 36.000 km d'altitude, ces satellites "classiques" ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant