Des salariés de Virgin occupent leurs magasins

le
0
Des salariés de Virgin occupent leurs magasins
Des salariés de Virgin occupent leurs magasins

Alors que la liquidation judiciaire de Virgin devrait être annoncé sous peu, des salariés de l'enseigne ont décidé d'occuper ce mardi certains des magasins de l'enseigne de distribution culturelle afin d'obtenir une amélioration de leurs conditions de départ.

L'opération «a commencé depuis 17 heures» et concerne les magasins parisiens des Champs-Elysées et de Barbès, ainsi que les magasins de Rouen (Seine-Maritimes) et Strasbourg (Bas-Rhin), a annoncé Guy Olharan, un représentant syndical CGT. La décision avait été prise plus tôt dans la journée lors d'une Assemblée générale.

Venus avec des sacs de couchage

En début de soirée, une quinzaine de personnes se trouvaient dans le magasin des Champs-Elysées à Paris. Certains étaient venus avec leurs sacs de couchage, prêts à «passer la nuit, la journée» sur place. Sylvain Alias (SUD) a indiqué qu'ils voulaient éviter une fermeture rapide de Virgin et améliorer le financement du plan social à venir, ajoutant qu'un huissier de justice était présent ainsi que la direction du site.

.

Même chose à Strasbourg où sept des 22 salariés alsaciens ont commencé à occuper leur lieu de travail «pour une période indéterminée» afin de «faire pression sur les actionnaires». Il se disent «déterminés» et «en colère». Le délégué du personnel du site, Guido Martins, a prévenu qu'«à partir de maintenant, notre nouveau domicile c'est ici» lors la fermeture des portes du magasin ce mardi soir.

A Rouen, les salariés ont les mêmes revendications : une compensation «décente» à la liquidation de l'enseigne et à la perte de leur emploi. Une vingtaine d'employés occupaient les locaux ce mardi, décidés à «se battre».

Les deux offres de reprises partielles de Virgin ont été rejetées par le tribunal de commerce de Paris, lundi. L'une émanait du spécialiste des loisirs créatifs, Cultura, et portait sur un magasin ; et l'autre, de Vivarte, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant