Des salariés de PSA Aulnay occupent le siège de l'UIMM

le
1

PARIS (Reuters) - Près de 150 salariés de l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) ont occupé vendredi matin le siège de l'Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) à Paris pour protester contre le plan de fermeture du site prévu en 2014.

Ils en ont été évacués par les forces de l'ordre vers 14h30, a-t-on précisé de source policière.

L'usine, qui emploie 2.800 personnes, est paralysée depuis huit semaines par une grève observée par quelque 300 ouvriers qui réclament notamment la nomination d'un médiateur pour rouvrir les négociations sur les conditions de fermeture.

Une majorité de syndicats ont approuvé mi-février un déblocage anticipé des transferts de salariés d'Aulnay vers le site voisin de Poissy (Yvelines) face aux risques de heurts entre salariés grévistes et non grévistes.

La CGT, qui demande l'ouverture de négociations sur la base de ses revendications, un CDI pour tous et une pré-retraite à 55 ans, dénonce "un accord de la honte".

"Nous avons décidé d'occuper l'UIMM pour protester contre le fait que Peugeot refuse de négocier et contre le gouvernement qui se rend complice de la direction en refusant de nommer un médiateur", a indiqué à Reuters Jean-Pierre Mercier, délégué CGT du site d'Aulnay.

Face à la dégradation de la situation à Aulnay, le ministre du Travail Michel Sapin a confié le 14 février à son directeur départemental, Marc Leray, la mission de rétablir le dialogue sur le site.

La direction a indiqué qu'elle ferait tout pour lui faciliter la tâche tout en faisant valoir qu'il ne pouvait s'agir de médiation, les négociations sur le plan social étant closes.

Dans le cadre du plan social, PSA Peugeot Citroën prévoit de transférer 1.300 des 2.800 salariés d'Aulnay vers d'autres sites, essentiellement le site de Poissy (Yvelines).

Le groupe proposera aux 1.500 autres de rejoindre des entreprise comme ID Logistics, mais aussi ADP ou la SNCF grâce à des dispositifs de transition professionnelle, avec à ce jour un millier de postes identifiés.

Marine Pennetier, avec Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • adniog le vendredi 8 mar 2013 à 12:12

    Qui se souvienne encore de "Continental en lutte" ?