Des robots sur les bancs des écoles en Gironde

le
0
Des robots sur les bancs des écoles en Gironde
Des robots sur les bancs des écoles en Gironde

Ils s'appellent Thymio ou Poppy. Ces petits robots ont fait leur apparition dans certaines écoles maternelles et élémentaires de Gironde où ils permettent aux enfants d'apprendre autrement.Le petit Thymio ressemble à un modem internet sur roues et se déplace presque tout seul: il a fait son entrée dans la classe de Murielle Ducroo, à Andernos-Les-Bains (Gironde), voici deux ans, un cas unique pour une maternelle dans ce département.Mais pas question d'enseigner le codage ou la robotique à des enfants de cet âge, qui ne savent encore ni lire ni écrire: "Je fais un travail sur le corps et les sens. Quand les enfants voient Thymio se déplacer à l'aide de ses capteurs, ils comprennent l'idée de sens humains", explique l'institutrice, rencontrée par l'AFP lors d'un colloque "robotique et éducation" organisé à Talence (Gironde) par l'Inria (Institut national de recherche en informatique et en automatique).Ce travail corporel, elle l'a aussi entrepris dans sa classe avec Poppy, un robot humanoïde d'environ 80 cm de haut, avec l'aide d'un chorégraphe et d'un programmateur.Une initiative personnelle de l'enseignante, de formation littéraire mais qui a "toujours eu un intérêt pour les sciences" et qui a dû trouver les moyens de se former à cette nouvelle forme de pédagogie en dehors de l'Education nationale. Sa formation, elle la doit à "La main à la pâte", une fondation initiée par le prix Nobel de Physique Georges Charpak qui vise à développer le goût et l'enseignement des sciences dès le plus jeune âge par le biais de l'expérimentation.C'est en suivant la formation "graines de sciences" de la fondation qu'elle a croisé en 2014 des chercheurs de l'Inria et leurs petits protégés cybernétiques.- "Faire accepter l'échec" -Une rencontre également déterminante pour Emmanuel Page, conseiller pédagogique en technologies de l'information et de la communication, qui a ouvert aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant