Des risques de pannes d'électricité cet hiver

le
0
La France, l'Allemagne et la Belgique sont surtout concernées. De plus en plus dépendant du gaz russe, le Vieux Continent doit accroître ses investissements énergétiques et diversifier ses sources de production.

Presque huit mois après la catastrophe de Fukushima, l'énergie reste un secteur sous haute tension. C'est l'enseignement majeur de l'Observatoire européen de Capgemini, publié ce matin, qui pointe d'abord les menaces sur la sécurité d'approvisionnement.

L'arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires a conduit l'Allemagne à renforcer ses importations d'électricité depuis les pays voisins, jusqu'à plus de 2.000 mégawatts (MW) par jour depuis l'Hexagone. «Cependant, durant les périodes de pointe de consommation, la France importe de l'électricité d'Allemagne, rappelle l'Observatoire, ce qui ne sera plus possible dans les années à venir. Il existe une réelle menace sur la continuité de la fourniture élec­trique pendant l'hiver 2011-2012.»

D'ores et déjà, Colette Lewiner, directrice internationale du secteur énergie et utilities chez Capgemini, recense les éléments d'un scénario catastrophe: un climat particulièrement rigoureux, l'Allemagne qui hésite à relanc

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant