Des responsables russes avouent l'existence d'un système de dopage

le
0
    28 décembre (Reuters) - Des responsables russes ont pour la 
première fois reconnu l'existence d'une vaste campagne organisée 
de dopage des sportifs dans leur pays, tout en niant la thèse 
d'un complot connu des plus hautes autorités de l'Etat, écrit le 
New York Times. 
    Dans la dernière partie de son rapport sur le sujet publié 
au début du mois, l'Agence mondiale antidopage (AMA) apporte de 
nouvelles précisions sur la manière dont des produits dopants 
ont été administrés à plus de 1.000 athlètes russes dans une 
trentaine de disciplines et parle d'un "complot institutionnel". 
  
    "C'était un complot institutionnel" mais les dirigeants 
russes n'étaient pas impliqués, a déclaré Anna Antseliovitch, 
directrice générale par intérim de l'agence russe antidopage, 
selon le New York Times.  
    "De mon point de vue d'ancien ministre des Sports et 
président du Comité olympique, nous avons commis beaucoup 
d'erreurs", reconnaît quant à lui Vitali Smirnov, directeur de 
la nouvelle commission russe chargée de la lutte antidopage.  
    "Nous devons déterminer les raisons pour lesquelles de 
jeunes sportifs prennent des produits dopants, pourquoi ils 
acceptent de se doper", ajoute-t-il.   
    Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, a de nouveau nié 
mercredi toute implication du gouvernement russe dans cette 
affaire et a annoncé que les déclarations citées par le New York 
Times allaient être vérifiées.  
    "Nous ne sommes pas enclins à considérer que ces 
informations ont été obtenues de source sûre", a-t-il ajouté.    
     
 
 (Amlan Chakraborty, avec Denis Pinchuk à Moscou, Jean-Philippe 
Lefief pour le service français, édité par Marc Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant