Des requins seront pêchés pour analyses à La Réunion

le
0

SAINT-DENIS DE LA REUNION (Reuters) - L'Etat mandatera "dès cette semaine" un pêcheur professionnel pour prélever une vingtaine de requins à des fins d'analyses sanitaires, a annoncé lundi la préfecture de la Réunion, au lendemain d'une nouvelle attaque d'un surfeur par un squale.

Le pronostic vital de ce dernier, qui a eu une main et un pied arrachés, n'est plus engagé, selon la préfecture.

La pêche financée par l'Etat doit permettre de vérifier la présence dans la chair des requins d'une toxine qui provoque la ciguatera, une forme sévère d'intoxication alimentaire.

Sa détection, il y a quelques années, avait rendu la viande des requins tigre et bouledogue, deux espèces agressives, impropre à la consommation. De ce fait, elles ne sont plus ciblées par les pêcheurs bien que leur prise soit autorisée, les deux espèces n'étant pas protégées.

"Une dizaine de spécimens de chaque espèces seront pêchés pour les premières analyses", a précisé Xavier Brunetière, secrétaire général de la préfecture.

La municipalité de Saint-Leu, où a eu lieu l'attaque de dimanche, confirme également sa volonté d'organiser la pêche de requins tigre et bouledogue devant ses côtes.

L'Etat refuse en revanche des "battues de régulation" de la population de requins, réclamées par les surfeurs de la Réunion tant que les programmes de recherches scientifiques en cours n'auront pas abouti.

Trois surfeurs sont morts depuis juin 2011 des suites d'une attaque de squale sur différents spots de l'île. Nombre de pratiquants d'activités nautiques accusent une réserve marine créée en 2007 d'avoir provoqué la sédentarisation des requins.

Bernard Grollier, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant