Des renforts de poids pour Collard et Sara dans le Gard

le
4
DES RENFORTS DE POIDS POUR COLLARD ET SARA DANS LE GARD
DES RENFORTS DE POIDS POUR COLLARD ET SARA DANS LE GARD

par Jean-François Rosnoblet

CAILAR/AIGUES-MORTES, Gard (Reuters) - Engagés dans un duel incertain dans la deuxième circonscription du Gard, le frontiste Gilbert Collard et la "marcheuse" Marie Sara ont reçu des soutiens de poids pour tenter de grappiller les voix nécessaires à leur élection dimanche.

Marion Maréchal-Le Pen, "jeune retraitée" de la vie politique à l'aura intacte chez les sympathisants du Front national d'un côté, le Premier ministre Edouard Philippe de l'autre, sont venus défendre leurs favoris, qu'une cinquantaine de voix à peine séparait au premier tour de scrutin législatif.

Le temps d'un meeting au Cailar (Gard), Gilbert Collard et Marion Maréchal-Le Pen ont rejoué le "duo de choc" que formait, selon eux, les deux seuls députés FN de l'Assemblée nationale.

"Il est indispensable qu'il y ait un Gilbert Collard à l'Assemblée parce qu'il est indispensable qu'il y ait un peu d'insolence pour bousculer cette tiédeur, ce politiquement correct qui, malheureusement, risque de terriblement s'accentuer avec les candidats inexpérimentés, inconnus et parfois clairement médiocres de M. Macron", a dit jeudi la nièce de Marine Le Pen, députée sortante du Vaucluse.

Pour écarter la candidate de La République en marche Marie Sara au second tour, qu'il qualifie de "pur produit médiatique", Gilbert Collard n'hésite pas à houspiller les siens.

"Allez voter, bande de fainéants. On regrette le départ de Marion, mais ce n'est pas une raison pour me laisser tomber", ironise-t-il en refusant "un parlement de somnambules".

"J'ai beaucoup plus de respect pour un candidat de la France insoumise qui n'a pas mes idées, mais qui ne fait pas le trottoir électoral", souligne-t-il, dans un appel aux voix d'extrême gauche (13,07%) après avoir tendu dès dimanche la main à la candidate LR-UDI également éliminée avec 14,22% des voix.

Sa réélection est très importante pour le FN puisque seule Marine Le Pen est quasiment assurée d'être élue dimanche dans les rangs du parti d'extrême droite.

L'ART DE L'ESQUIVE

Au coeur de la petite Camargue, Gilbert Collard avait choisi mercredi pour cadre de son meeting une manade du Cailar, dans un clin d'oeil appuyé aux "traditions vivaces" de ce territoire durement frappé par la crise dont il entend se faire l'écho.

Son adversaire Marie Sara a opté le lendemain pour la cité d'Aigues-Mortes pour s'afficher aux côtés d'Edouard Philippe.

"J'ai envie de redonner au Gard sa lumière et son ambition", déclare l'ancienne torera à cheval, qui s'est produite dans les principales arènes de France et d'Espagne.

De son expérience tauromachique, elle a appris l'art de l'esquive et s'en sert dans cette campagne où elle a évité toute confrontation directe avec le "taureau frontiste".

Comme d'autres candidats LREM, elle a décliné l'invitation à débattre lancée par les médias. "Je veux évidemment faire reculer le Front national, mais je suis surtout là pour réussir un projet sur un territoire riche et le faire briller.",

Une "positive attitude" que développe le Premier ministre, qui ne cite que rarement le FN lors des déplacements effectués pour soutenir les candidats de la majorité présidentielle.

"L'esprit que nous voulons faire prévaloir dans cette campagne est d'expliquer ce que nous voulons faire, pas de dénigrer. Le changement de tonalité, le caractère positif assumé des candidats sont des éléments qui touchent les Français et qu'ils attendent", souligne Edouard Philippe.

Le Premier ministre entend surtout convaincre les nombreux abstentionnistes du premier tour, notamment ceux de droite, de retrouver le chemin des urnes au second.

"Allez voter. C'est le même message ici que partout en France car personne ne peut se satisfaire de l'abstention. Aller voter est un acte de foi dans la République", martèle-t-il.

(Edité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 34flora il y a 8 mois

    elle ne doit pas gagner ! bougez vous pour cela !

  • serval02 il y a 8 mois

    L'art de l'esquive est au crédit négatif de Marie Sara...Collard voulait une confrontation qu'elle a refuser sachant qu'elle ne pouvait pas gagner.

  • pvza il y a 8 mois

    Il a apprit l art de l'esquive.... tout comme la maréchal lepen ....

  • serval02 il y a 8 mois

    Elle a apprit l'art de "l'esquive"...Ou comment ne pas affronter des candidats en défendant son programme car elle en est incapable. L'esquive ou la fuite ? Fera-t-elle pareille a l'assemblée ?