Des rejets d'iode radioactif intriguent les experts français

le
0
Les taux d'iode 131 mesurés dans l'air sont sans risque, mais l'origine est inconnue.

Après la République tchèque, la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie et l'Autriche, de mystérieux rejets d'iode radioactif, trop faibles cependant pour menacer la santé, viennent d'être détectés au-dessus de la France. Alerté par ses «réseaux scientifiques», l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a procédé vendredi dernier à des analyses de prélèvements atmosphériques dont les résultats ont été rendus publics mardi.

«Les concentrations d'iode 131 mesurées dans trois stations du nord de la France sont de l'ordre du millionième de becquerel (Bq) par mètre cube d'air», explique au Figaro Didier Champion, spécialiste de la radioprotection à l'IRSN. Rien à voir avec Tchernobyl, où la Suède et la Norvège avaient donné l'alerte après avoir détecté des niveaux alarmants de radioéléments au-dessus de leur territoire. À titre de comparaison, les concentrations mesurées en mai 1986 en France, une quinzaine de jours après l'explosion d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant