Des réformes ambitieuses nécessaires pour la zone euro-Castaner

le
2
    PARIS, 30 août (Reuters) - La réforme de l'Union européenne 
et de la zone euro supposera de trouver un équilibre entre les 
positions française, allemande et les autres mais des 
propositions tièdes mettraient l'Europe en péril, a déclaré 
mercredi le porte-parole du gouvernement français. 
    Emmanuel Macron a annoncé mardi qu'il présenterait des 
propositions sur une dizaine de sujets après les élections 
législatives allemandes du 24 septembre, dont un renforcement de 
l'Union économique et monétaire.   
    Le président français souhaite la création d'un budget de la 
zone euro, une idée regardée avec scepticisme en Allemagne, pays 
avec lequel il a dit sa volonté d'écrire la future feuille de 
route des réformes européennes. 
    La chancelière allemande, Angela Merkel, s'est dite mardi 
ouverte à l'idée défendue par son ministre des Finances, 
Wolfgang Schäuble, de transformer le fonds de sauvetage de la 
zone euro - le Mécanisme européen de stabilité (MES) - en un 
Fonds monétaire européen. 
    Paris n'écarte par cette proposition, qui semble pourtant 
loin de l'ambition d'un budget de la zone euro. 
    Prié de dire si la France chercherait le plus petit 
dénominateur commun avec l'Allemagne ou si elle tenterait, avec 
l'aide d'autres partenaires qu'Emmanuel Macron a rencontré ces 
derniers jours, d'aller plus loin sur cette idée, le 
porte-parole du gouvernement a répondu : "C'est avec l'ensemble 
de ces acteurs qu'il veut faire ces propositions-là." 
    "Ensuite, nous savons qu'il faudra une volonté forte de la 
France et de l'Allemagne pour que ces propositions puissent être 
réalisées et que ces objectifs puissent être atteints", a-t-il 
ajouté lors du compte rendu d'un conseil des ministres auquel a 
participé le vice-chancelier et ministre des Affaires étrangères 
allemand, Sigmar Gabriel. 
    "Donc il faudra trouver le point d'équilibre dans les 
échanges avec les uns ou les autres mais, quel que soit le 
responsable allemand qui sera en responsabilité dans quelques 
jours, chacun sait que si nous allons vers des propositions à 
l'eau tiède, c'est le destin européen qui peut être mis en 
cause comme il l'a été par le Brexit", a poursuivi Christophe 
Castaner. 
 
 (Jean-Baptiste Vey et Marine Pennetier, édité par Elizabeth 
Pineau) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz il y a 4 mois

    C'est la France qu'il faut réformer afin de baisser les impôts des particuliers ! Castagnette et tango devrait peut être comprendre !

  • cyti8 il y a 4 mois

    Pourquoi des réformes ambitieuses en Europe, quand on est incapable de réformer son pays, sauf les augmentation de CSG, et d'impôts, tout ce qu'il faut pour ralentir la croissance ? Personnellement, étant en retraite, pas de projets, pas de travaux, pas de vacances, pas de TVA pour l' Etat. Il va bien falloir récupérer ce que l'on nous pompe. Avec Macron, Hollande est toujours au pouvoir.