Des rebelles s'estiment lésés par le CNT

le
0
REPORTAGE - Quelques centaines de sympathisants de l'opposition ont manifesté vendredi à Benghazi pour réclamer voix au chapitre et refuser une «certaine vision politique», celle des islamistes.

L'opposition libyenne se réveille à l'est. Vendredi après-midi, quelques centaines de manifestants ont défilé dans les rues de Benghazi, encadrés par une dizaine de voitures de police. L'atmosphère était bon enfant, certains policiers scandant eux-mêmes les slogans dans les haut-parleurs de leur véhicule. Mais le propos était sérieux: dire onze fois «non» au Conseil national de transition (CNT), l'organe politique de la révolution.

Les banderoles reprenaient les onze articles d'un manifeste rédigé par 56 organisations, embryons de partis politiques ou ONG. Elles accusent le CNT, formé au début de la révolte dans une certaine opacité, de les exclure du débat et de ne pas représenter suffisamment le peuple libyen. «Non au népotisme, non aux opportunistes, non à l'attribution de responsabilités à des figures du régime de Kadhafi», écrivent-ils. Leur principal refus concerne le projet de constitution, qui prévoit deux élections, la première dans huit mois e

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant