Des prothèses non conformes posées sur 650 patients

le
2
Des prothèses non conformes posées sur 650 patients
Des prothèses non conformes posées sur 650 patients

Après les récentes affaires du Mediator et des prothèses mammaires PIP, on pensait la France épargnée durablement par des dysfonctionnements dans le domaine sanitaire. Les pratiques du laboratoire Ceraver que nous révélons démontrent le contraire.

Ce laboratoire de 70 salariés implanté à Roissy-en-France (Val-d'Oise) est le deuxième fabricant français de prothèses complètes. Au catalogue : hanche, genou, cheville, épaule? Le 2 avril, après un mois d'enquête, les experts de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé font une descente dans les locaux de Roissy et dans l'annexe de Plailly (Oise). Ils saisissent des dossiers, interrogent le personnel et placent sous scellés plusieurs centaines de prothèses suspectes.

Implantations non autorisées

En juin 2011, à l'hôpital Ambroise-Paré de Boulogne (Hauts-de-Seine), deux médecins, le professeur Lortat-Jacob et le docteur Philippe Hardy, selon les précisions que nous a données le PDG de Ceraver, Daniel Blanquaert, ont placé dans le fémur de quatre patients des tiges métalliques portant un biorevêtement antibactérien. Problème : une telle expérimentation sur l'homme nécessite des autorisations que Ceraver n'avait pas. Daniel Blanquaert reconnaît les faits (lire ci-contre), mais précise avoir agi à la demande des médecins. Ces derniers auraient déclaré aux enquêteurs avoir implanté les dispositifs à la demande de Ceraver? Bref, tout le monde se renvoie la balle. Là où le dossier devient plus inquiétant, c'est que les essais cliniques de ce revêtement se seraient soldés, au moment des tests, par le décès d'une souris sur deux. Une étude contestée par Ceraver mais qui aurait dû, au minimum, pousser le laboratoire à déprogrammer les implantations.

Pourquoi ces médecins et ce laboratoire ont-ils pris un tel risque? Ce sera à la justice (le parquet va être saisi) de l'établir. En attendant, une...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • s.thual le jeudi 2 mai 2013 à 10:02

    encore des responsables non coupable,,,,on a connu ca ,,y il a quelques annees ,,,,,comme le sang contamine et bien d autres affaires

  • s.thual le jeudi 2 mai 2013 à 10:00

    c est si dur de dire aau chirurgien,,,sans agrement,,,vous n implantez pas ? ne faudrait il pas aussi rendre un peu responsables les employes de ces boites indelicates ou incompetentes,,, ils sont un peu complices,,,que fait l agence sanitaire et tous ses controleurs qui ne controlent rien,,dans bien des domaines,,,