Des progrès dans les discussions sur le nucléaire iranien

le
0

(Actualisé avec UE) VIENNE, 16 octobre (Reuters) - L'Iran et les Etats-Unis ont fait état de progrès dans les négociations sur le programme nucléaire iranien qui se déroulent à Vienne, précisant toutefois qu'il restait encore du travail pour parvenir à un accord avant l'échéance du 24 novembre. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, qui a quitté jeudi la capitale autrichienne, s'est entretenu la veille pendant près de six heures avec le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif et Catherine Ashton, haute représentante de l'Union européenne pour la politique étrangère. Des représentants du secrétaire d'Etat américain sont restés sur place afin de poursuivre les négociations. "Cela a été très difficile, sérieux et intense, mais au lieu de mettre l'accent sur les problèmes, nous avons discuté des solutions envisageables", a déclaré Mohammad Javad Zarif, le chef de la diplomatie iranienne. "Des progrès ont été réalisés dans tous les domaines." Washington a également fait état de progrès. Le chef de la diplomatie iranienne et Catherine Ashton se sont de nouveau entretenus jeudi avec les responsables du "P5+1" (Etats-Unis, France, Allemagne, Chine, Russie et Grande-Bretagne) avant que Mohammad Javad Zarif ne quitte l'Autriche. Le ministre iranien des Affaires étrangères a précisé qu'il allait de nouveau rencontrer John Kerry et Catherine Ashton d'ici trois à quatre semaines, a rapporté la télévision publique iranienne. Selon le porte-parole de la diplomate britannique, les discussions sont dans une "phase critique". "Nous faisons le maximum pour accomplir des progrès et restons pleinement décidés à parvenir à une solution complète" dans le délai imparti, dit-il dans un communiqué, ajoutant les discussions techniques entre experts se poursuivraient dans les jours viennent. D'après Sergueï Riabkov, vice-ministre russe des Affaires étrangères chargé des négociations, cité jeudi par l'agence de presse Ria Novosti, trois points restent à régler : le programme d'enrichissement d'uranium, l'avenir du réacteur de recherches d'Arak et les modalités de levée des sanctions. (Parisa Hafezi; Clémence Apetogbor et Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant