Des producteurs unis pour court-circuiter la grande distribution

le
0
Des producteurs unis pour court-circuiter la grande distribution
Des producteurs unis pour court-circuiter la grande distribution

« On marche très bien sans elle ! »  Elle, c'est la grande distribution.

A Wambrechies, dans le nord de la France, plusieurs producteurs ont décidé de se passer de tout intermédiaire en ouvrant « Talents de ferme », un magasin qui fêtera le 19 août son premier anniversaire. Un système de circuits courts qui fait ses preuves, alors que le monde agricole traverse une énième crise en raison des prix exigés par les distributeurs jugés trop bas.

Contre la grande distribution qui impose ses prix

« On a laissé tomber la grande distribution car ils imposent leurs prix, leur qualité et le calibre des produits. Nous n'avons pas peur de vendre des produits moches à partir du moment où ils sont bons et de saison ! », argue Isabelle Ruhant, maraîchère de légumes bio. A la mi-août, sur les étals, les cerises ont naturellement cédé leur place aux pommes.

Consommer de saison n'est pas l'unique avantage de l'offre de « Talents de ferme ». Le magasin permet également aux producteurs d'éviter le gaspillage alimentaire. « Les distributeurs me demandaient de produire, mais sans réfléchir. Aujourd'hui, je peux prévoir mes stocks et je ne jette plus de légumes, alors qu'en 2014, quand j'étais en contrat avec eux, j'ai dû jeter plus de 12 tonnes de carottes », rapporte Georges Eric Vermon, maraîcher de 33 ans de la commune voisine de Marcq-en-Baroeul.

Sur les étals ne se trouvent que des produits locaux issus de l'une des 13 exploitations dont la plus lointaine, celle d'un éleveur de « porcs élevés sur paille », se trouve à 80 km.

 

Des emplois crées

Outre le chiffre d'affaires de plus de 2 millions d'euros, soit deux fois plus que ce qui était attendu, 28 emplois à temps-plein ont été crées. Plus de 250 clients, des environs mais aussi de Lille voire de Belgique, fréquentent quotidiennement le magasin, dont certains sont déjà des habitués. « Habitant à côté, je viens régulièrement pour la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant