Des procédures simplifiées contre les calculs rénaux

le
0
Les crises de colique néphrétique, parmi les plus douloureuses, nécessitent une prise en charge en urgence.


On peut très bien faire des calculs sans le savoir. C'est d'ailleurs le cas de bon nombre de petits calculs d'une taille inférieure à 5 mm et qui s'évacuent spontanément sans qu'on en sache jamais rien. «Avec des calculs plus gros, c'est différent : ils peuvent venir bloquer les voies urinaires, provoquant une mise en tension quasi insupportable, au point que certains qualifient la douleur de "suicidaire"», explique le Pr Christophe Mariat, néphrologue (CHU Saint-Étienne).

Dans un premier temps, la priorité est de soulager. C'est pourquoi des antalgiques majeurs comme la morphine sont donnés d'emblée. «Ensuite, on se donne le temps de voir si le calcul va pouvoir s'évacuer spontanément, en estimant sa taille et son emplacement à l'aide de clichés radiographiques ou s'il va falloir intervenir dans les jours qui suivent», précise le Pr Maurice Laville, néphrologue (CHU Lyon).

«Les seules situations où l'on intervient sans plus attendre p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant