Des «prix» fixés au centime d'euro près

le
0
Pour trouver le juste prix capable de séduire et de rassurer les consommateurs, marques et enseignes de distribution ont appris depuis dix ans à travailler au centime près.

En francs, les commerçants se contentaient de fixer les tarifs juste au-dessous des seuils psychologiques de 5, 10 et 100F: 4,90F, 9,90F ou 99F, un prix popularisé par Frédéric Beigbeder dans un de ses romans.

«Mais le centime d'euro vaut plus que le centime de franc, les consommateurs qui se souviennent du franc en ont conscience»,rappelle-t-on chez Système U. Du coup, les experts en tarifications redoublent de vigilance pour fixer le montant de chaque étiquette. Il faut à la fois convaincre les consommateurs qu'ils ne surpaient pas leur article et s'adapter à leur expérience croissante en comparaison des prix. Les chaînes d'hyper et de supermarchés affinent les prix au centime près, en particulier dans les rayons alimentaires. «Nous vendons la baguette 42 centimes, précise-t-on chez Système U. Un prix décisif face à la concurrence, très forte.»Monoprix vend ses quatre yaourts brassés nature à 94 centimes, sous la barrière symbolique de 1 euro.

Plus de chiffre...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux