Des préfabriqués installés aux Archives nationales à Fontainebleau

le
0
Des préfabriqués installés aux Archives nationales à Fontainebleau
Des préfabriqués installés aux Archives nationales à Fontainebleau

« On vient de voir débarquer cinq préfabriqués sur le site, mais sans que la direction nous explique à quoi ils vont servir exactement. On ne sait toujours pas si l'on va pouvoir retravailler sur place ou si on va nous demander de déménager sur le site de Pierrefitte (Seine-Saint-Denis) », indique Franck Oslé, un des 53 salariés de l'antenne des Archives nationales à Fontainebleau, priés de rester chez eux depuis le 31 mars.

Explication : des analyses entreprises sur l'état des bâtiments ont révélé d'inquiétantes fissures. Une situation jugée alarmante pour la direction, qui a décidé d'interdire l'accès du site au personnel. Rappelons que les Archives nationales, possèdent trois sites : Paris, Fontainebleau et Pierrefitte (ouvert en 2013). C'est dans ce dernier, qu'ont été transférés, voilà un an et demi, 160 km linéaires d'archives, sur les 220 km stockés à Fontainebleau. D'après la CGT, « c'est ce transfert, mal organisé et trop précipité, qui a provoqué un déséquilibre des bâtiments et l'agrandissement de fissures déjà existantes ».

53 employés sont toujours au chômage technique

Avec l'arrivée des cinq préfabriqués, le personnel se pose beaucoup de questions. « Nous avons demandé à la direction, le 11 avril, de nous informer sur la stratégie du ministère de la Culture. Le site de Pierrefitte a coûté la bagatelle de 320 M?. Si les 80 km d'archives de Fontainebleau partent là-bas, Pierrefitte sera saturé. Il faut moderniser le site de Fontainebleau. Mais cela demande de l'argent », souligne la CGT. En attendant, les 53 employés sont toujours au chômage technique.

La direction indique sans plus de détails qu'une « reprise partielle du travail pourrait être effective courant mai ». Aujourd'hui, la CGT organise une assemblée générale du personnel sur le site, et demain la direction sera à nouveau interpellée, lors de la réunion du Comité d'hygiène, de sécurité ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant