Des pirates somaliens condamnés à Paris pour l'attaque du Ponant

le
4
Des pirates somaliens condamnés à Paris pour l'attaque du Ponant
Des pirates somaliens condamnés à Paris pour l'attaque du Ponant

PARIS (Reuters) - Quatre Somaliens ont été condamnés jeudi soir à Paris à des peines allant de quatre à dix ans de détention pour une attaque contre le voilier français de luxe Le Ponant en 2008 dans l'océan Indien et la prise en otages de son équipage.

Deux autres accusés ont été acquittés.

C'est le deuxième procès sur quatre affaires de ce type que la France a entrepris de juger. Lors du premier, qui concernait la prise d'otages du voilier Carré d'As en 2008, les assises de Paris ont condamné fin 2011 cinq pirates somaliens à des peines de quatre à huit ans de prison et acquitté un sixième homme.

Dans le dossier du Ponant, après un mois de procès, la cour n'a pas suivi l'accusation qui demandait des peines de 10 à 15 ans de réclusion.

Cinq des accusés se disaient innocents et se sont présentés à la cour comme pêcheurs, chauffeurs de taxi ou comptable, et ont dit être victimes d'une erreur. Un sixième accusé a en revanche reconnu les faits et a demandé pardon "aux membres d'équipage du Ponant, à leurs familles et au peuple français". Tous sont en prison en France depuis leur arrestation peu après les faits.

Les six accusés de Paris, âgés de 25 à 50 ans, ont été arrêtés le 11 avril 2008 par des commandos de l'armée française en territoire somalien. Ils se trouvaient en possession d'une partie de la rançon versée pour libérer l'équipage du Ponant.

Après marchandage avec la compagnie, une rançon de 2,15 millions de dollars a été versée et l'équipage libéré. Les commandos français intervenus après coup sur la voiture supposée transporter les ravisseurs n'ont récupéré que 181.000 dollars et une forte somme en monnaie locale.

La justice française devra encore rejuger les six accusés du dossier Carré d'As, le parquet ayant fait appel des premières peines jugées trop faibles.

Par ailleurs, doivent être encore jugés trois autres Somaliens capturés lors de l'assaut du voilier Tanit, où un otage français avait péri en 2009, atteint par une balle tirée par un militaire français, puis un groupe de sept derniers hommes accusé de l'attaque en septembre 2011 d'un catamaran dans laquelle un Français avait été assassiné.

Environ 300 otages et une dizaine de navires marchands sont actuellement aux mains de pirates capables de sévir à des centaines de kilomètres au large du littoral de leur pays, où l'anarchie et l'insécurité règnent depuis 1991.

L'opération maritime de l'Union européenne baptisée Atalante et envoyée en 2008 a mis en application le 15 mai dernier une nouvelle stratégie en attaquant pour la première fois une base de pirates sur la côte somalienne.

Thierry Lévêque avec Pauline Mével, édité par Henri-Pierre André

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • balthaz le vendredi 15 juin 2012 à 09:48

    Pour le respect de la vie tu es un gros comique Lartigue, tu es effectivement très respectueux de la vie :>)) . pendant que nous y sommes des camps d'ex.termination pour les immigrés. Je suis sûr que tu apprécies ! .>))))

  • mjjmimi le vendredi 15 juin 2012 à 09:10

    doivent rigoler les pirates!

  • M6759969 le vendredi 15 juin 2012 à 08:39

    quatre à dix ans, moins les remises de peine, donc 2.5 et 6 ans, pas cher pays, alors que un français aurait fait celà à l'encontre d'un somalien, il aurait eté tué à la machette sur place. on est trop c o n dans ce pays.

  • M3442498 le vendredi 15 juin 2012 à 08:07

    Le bilan: 181.000 récupérés sur le 2,15 millions. A cela ajouté que les prisons française pour un somalien , c'est un petit hôtel 2 étoiles, nourris, télé etc... Une bonne affaire pour ces "pirates" qui était sans doute prêt à tuer.