Des perroquets parisiens sous haute surveillance

le
0
Arrivée en France dans les années 1970, la très exotique perruche à collier pourrait, à terme, menacer la survie d'espèces locales.

Comme son cousin le perroquet, la perruche à collier est capable, en captivité, d'imiter la voix humaine. On la connaissait déjà à Rome, à l'époque de Jules César où un oiseau doué pouvait coûter plus cher qu'un esclave. Haute d'une quarantaine de centimètres, elle est dotée d'un magnifique plumage vert printemps, d'une longue queue tirant sur le turquoise et pour les mâles, d'un collier noir. Côté ramage, avec son bec rouge foncé, crochu et puissant, elle jacasse bruyamment et peut aussi siffler. Depuis trente ans, insidieusement, elle a entrepris de mettre sa touche de couleur et d'exotisme dans les parcs, bois et jardins franciliens.

À Antony, les habitants d'une résidence sont partagés. Depuis quelques années, une colonie a élu domicile dans le parc. Si l'oiseau et ses couleurs chatoyantes ravissent quelques habitants qui parfois les nourrissent, les déjections qui s'accumulent sur les voitures garées en contrebas ne sont pas du goût de leurs propriétaires&

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant