Des pères divorcés sur le toit de la Cour des droits de l'homme

le
0

STRASBOURG, 15 septembre (Reuters) - Trois pères divorcés et séparés de leurs enfants ont déployé des banderoles, lundi, depuis le toit de la Cour européenne des droits de l'homme, pour revendiquer une égalité de droits entre les deux parents en cas de séparation. On pouvait notamment y lire les prénoms de leurs enfants. Deux mères dans la même situation soutenaient, au sol, cette action menée par l'association "Les racines de l'enfant". "Bien souvent, un enfant est séparé d'un de ses parents en cas de séparation des époux et par là même de grands parents, de cousins, etc.", a expliqué sur place à Reuters Corinne Jager, responsable de l'association en Alsace. "Nous demandons une garde alternée par défaut qui pourrait être aménagée ensuite selon la situation", a précisé cette mère de trois filles dont elle est séparée depuis son divorce. L'association veut obtenir un renforcement en ce sens de la loi sur l'autorité parentale et l'intérêt de l'enfant (loi Apie) qui a été adoptée en juin par l'Assemblée nationale et doit être débattue au sénat à l'automne. Les trois pères, qui, selon la Cour, étaient montés sur le toit très tôt lundi par un escalier extérieur de secours, ont accepté de redescendre peu avant 10 heures sur injonction de la police qui leur a proposé de tenir une conférence de presse. A l'issue, les trois hommes ont été conduits au commissariat. (Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant