Des paysans cambodgiens attaquent une entreprise du groupe Bolloré en justice

le
0
Des paysans cambodgiens attaquent une entreprise du groupe Bolloré en justice
Des paysans cambodgiens attaquent une entreprise du groupe Bolloré en justice

David contre Goliath. Une cinquantaine de paysans cambodgiens assignent deux sociétés du groupe Bolloré devant le tribunal de grande instance de Nanterre, réclamant la «réparation» du «préjudice matériel et moral» causé par leur activité agricole dans la région. Ces habitants de la commune de Bousra, dans l'est du pays, dénoncent dans l'assignation délivrée vendredi, selon leur avocat Fiodor Rilov, «la perte de leurs ressources économiques, la destruction de leurs lieux de culte et la dégradation de leur environnement» liées à la culture d'hévéas (ndlr : arbres d'où est extrait le latex) par une coentreprise du groupe, Socfin-KCD.

Ces paysans, membres de la communauté indigène Bunong, demandent la «restitution de terres» et des «indemnisations». Leur action en justice vise la société Bolloré et la Compagnie du Cambodge car elles «exercent à partir de la France le pouvoir opérationnel dans le Bousra au sein de la joint-venture (coentreprise, NDLR) Socfin-KCD dont elles dirigent et organisent au quotidien les activités», peut-on lire dans le document.

«Le développement de l'hévéaculture par Bolloré au sein de la commune de Bousra s'est fait systématiquement au détriment des habitants Bunongs et des demandeurs en particulier, dont les droits ont été littéralement piétinés par la multinationale française», poursuit l'assignation. Sont pointés du doigt, notamment, «expropriations», «déplacements de populations», «perte de revenus», «insécurité alimentaire», «perte de la biodiversité», «déforestation» et «destruction de forêts sacrées».

Contacté, le Groupe Bolloré a confirmé avoir reçu cette assignation. Il précise n'être «qu'un actionnaire minoritaire et financier (à 39%, NDLR) dans Socfin, qui est géré et contrôlé par la famille belge Fabri», et que «la Compagnie du Cambodge n'a plus de plantations au Cambodge depuis un demi-siècle». 

Des paysans d'autres pays ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant